Amis - Amies

  • Mon ami Steph

    littoz.jpgMon ami Stéphane Littoz-Baritel est mort, il y a quelques jours, et il était assez jeune. Il avait le cœur fragile, et il ne se ménageait pas. C'est avec lui que mon père et moi avons fait les livres des éditions Le Tour car, ancien publicitaire, il était un infographiste et un photographe excellent. Il nous prêtait son talent, et nous a permis de créer – sans dépenser trop – des livres qui avaient un air professionnel, et étaient de beaux objets.

    J'ai en particulier travaillé avec lui pour l'ouvrage De Bonneville au mont-Blanc, qui rassemblait des extraits d'auteurs célèbres consacrés au chemin qui, de la porte d'entrée de la haute vallée de l'Arve, mène au pilier blanc de l'Europe. Mon père et moi lui avons demandé de photographier les lieux nommés par les écrivains afin d'orner le livre, et aussi pour que le lecteur mesure le travail d'imagination et de transfiguration des auteurs, parce que les lieux devaient pouvoir être reconnus: avec les anciennes représentations, ce n'était pas toujours le cas, les artistes tranformant d'emblée leurs sujets. Le photographe le fait aussi, mais il est tenu par la technique, il y a en lui quelque chose de forcément plus naturaliste que chez les peintres et même les graveurs. Et puis il est moderne, il a un regard adapté à la sensibilité actuelle – du moins c'était le cas de Stéphane Littoz-Baritel.

    De tous mes livres, c'est celui-ci qui s'est le mieux vendu, quoiqu'il fût le plus cher, et je le dois principalement à Steph, car tout le monde trouvait justifié de payer cher pour de belles photographies colorées. Sans lui, même le nom des écrivains célèbres – français, anglais, allemands, genevois, savoisiens – n'aurait pas suffi à assurer son succès.

    Et le fait est que, comme photographe, il fut grand, il fut beau, il fut bien à même de transfigurer ses sujets. Tous les deux, nous fûmes marqués par une photographie qui montrait les couleurs d'arc-en-ciel prises par les volutes de neige que le vent emportait au sommet des montagnes, lorsqu'au soir le soleil brillait. Qui ne sait que ces littoz.jpgteintes emmènent l'âme vers les dieux, vers Asgard? Qu'elles sont le signe de l'alliance que Noé, une fois qu'il eut abordé sur une montagne, passa avec Yahvé? De même, nos montagnes en semblaient bénies, puisque les teintes de l'arc-en-ciel les surmontaient, semblant proposer une échelle vers les cieux. Nous en parlâmes longtemps, Stéphane et moi, et développâmes ainsi des idées quasi mystiques.

    Puisse-t-il emprunter cette échelle, et passer à travers l'arc-en-ciel! Car il aimait sincèrement les montagnes, et l'art.

    Il a aussi fait de la politique, faisant de bons scores comme écologiste, à Annecy, aux élections. Il a écrit quelques livres, dont le premier a très bien marché, consacré à Annecy et très bien présenté, avec de belles photos. Un autre est venu ensuite, plus ambitieux encore, grand et plein de photographies d'artiste.

    Il était une figure majeure d'Annecy, un des hommes les plus sympathiques que j'y aie rencontrés, un des hommes les plus ouverts d'esprit qui y habitaient. Même mes tendances mythologiques l'intéressaient, et il était un admirateur de Tolkien. J'aimais passer du temps avec lui dans sa maison, rue Albert Besnard, et j'y rencontrais des gens qu'il y logeait, des vagabonds et des artistes, à leur manière, dormant dans ses pièces ou son jardin. Il était généreux.

    Nous nous reverrons, peut-être.