11/08/2008

Honoré d'Urfé et la Savoie

Honoré d'Urfé.jpgJ’ai pu lire sur un blog littéraire parisien qu’Honoré d’Urfé n’eût pas en réalité entretenu avec la Savoie de lien particulier. (J’ai suggéré le contraire, dans mon livre sur la Savoie.)

La mère de l’auteur de l’Astrée était pourtant apparentée aux ducs de Savoie et, membre de la Sainte Ligue - fuyant Henri IV, qu’il détestait -, lui-même est venu se réfugier en Savoie, chez son cousin. Là, il est devenu l’ami de François de Sales. On admet qu’il a alors participé à la fondation, à Annecy, de l’Académie florimontane, en compagnie d’Antoine Favre, le père de Vaugelas.

Mais surtout, il est certain qu’il a entrepris une épopée en vers appelée la Savoysiade, restée inachevée, mais destinée à glorifier la Maison de Savoie...

Même dans l’Astrée, on trouve des allusions indirectes à la Savoie. En effet, Honoré d’Urfé y parle abondamment des rois bourguignons, du roi Gondebaud, en particulier : on sait qu’il a régné à Genève. Or, l’écrivain des bords du Lignon savait fort bien, d’une part, que le Forez avait fait directement partie du royaume de Bourgogne ; d’autre part, que le duc de Savoie avait précisément pour prétention d’être le continuateur du roi de Bourgogne. Au temps même de Louis XI, la femme de celui-ci, une princesse savoyarde, n’était-elle pas dite à la Cour comme étant de race bourguignonne ? C’est dans Brantôme.

De surcroît, Honoré d’Urfé est mort sous la bannière du duc de Savoie, à Villefranche-sur-Mer, le grand port des États de Savoie, dans le comté de Nice. A Turin, il lui fut alors accordé des funérailles qu’on appellerait aujourd’hui nationales : je crois bien que sa dépouille s’y trouve toujours.

Bref, à mon avis, le lien qu’Honoré d’Urfé entretint avec la Savoie fut tout à fait réel.

J’ai dû mal l’illustrer !

07:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Mal l'illustrer, je ne suis guère en mesure de le confirmer ou de l'infirmer à cette heure, mais si cela s'avérait, vous vous seriez fort bien repris ici. Dans le cas contraire, au sujet d'Honoré, peut-être vous a-t-on mal lu, sur ce blog littéraire, voire pas lu du tout...?

Cordiallô !

Écrit par : marie danielle | 11/08/2008

Merci de votre passage et de votre commentaire, Marie-Danielle ! Puissiez-vous avoir raison, puisse-t-il s'avérer que l'on m'a mal lu, voire pas lu du tout ! Mais ce n'est pas grave, car comme vous le dites ici, cela me donne l'occasion d'en reparler sur ce blog.

Écrit par : R.M. | 11/08/2008

Bien sûr que vous avez raison!

Au moins depuis les travaux du chanoine Reure (1910) et ceux de Maxime Gaume (1980), il faut beaucoup de mauvaise volonté, de mauvaise foi et d'ignorance pour ignorer les liens d'Honoré d'Urfé et de la Savoie.

Pourriez-vous me dire d'où vient le portrait signé de l'auteur de l'Astrée qui se trouve dans votre site?

Merci.

Écrit par : Eglal Henein | 21/04/2013

Bonjour,

Merci de votre commentaire. Il y a, en France, des gens qui détestent assez la Savoie pour lui retirer les choses qui pourraient culturellement l'illustrer, je crois (même contre l'évidence).

L'article étant ancien, je ne me souviens plus très bien sur quel site Internet j'ai pris l'image, mais je vois que, quoiqu'orientée dans l'autre sens, le Wikipedia espagnol l'a prise pour son article sur l'écrivain et cite sa source: Le Magasin pittoresque de 1841 (graveur: EDM, Andrew, Best et Leloir).

Honoré d'Urfé est quoi qu'il en soit un grand homme méconnu, on a tort de ne pas le prendre plus au sérieux.

Écrit par : Rémi Mogenet | 21/04/2013

Les commentaires sont fermés.