Philippe de Savoie et Genève

180px-Louise-de-savoie1.jpgOn pense souvent, notamment à Genève, que les princes savoyards n’ont guère aimé la cité de Calvin, mais personnellement, je ne pense pas que Charles-Emmanuel Ier l’ait attaquée par haine pour elle. Il était avant tout vexé que les Genevois refusent de lui payer les mêmes taxes que les Savoyards, et son but n’était pas de détruire Genève, mais d’en devenir le maître. Qu’ensuite on juge que cela eût précisément détruit Genève, c’est possible, mais là n’était pas l’intention du duc de Savoie. Son rêve était bien que Genève fût florissante, mais sous sa coupe, et en prenant pour lui une part de ses profits.

Il existe du reste une preuve que les princes de Savoie ont aimé Genève: c’est une chanson que composa le duc Philippe alors qu’il n’était encore que comte de Bresse, et qu’on l’avait mis en prison en France suite à ses combats contre cette même France. C’était à la fin du XVe siècle. Il faut savoir que Philippe de Bresse, comme on l’appelle souvent, fut le père de Louise de Savoie, qui fut régente de France et mère du roi François Ier...

Il fut aussi poète, et sa chanson nous rappelle qu’il aimait Genève en ce qu’il y dit qu’il craignait justement de ne plus jamais la revoir, étant en prison! Sans doute, il adresse également un salut au comte de Gruyères et aux “Alamans”, mais l’affection pour Genève est réellement appuyée par cette crainte de ne plus jamais la revoir. Or, à cette époque, Philippe de Savoie n’était en rien lié aux intérêts genevois: il aimait donc sincèrement la noble cité lémanique.

Les commentaires sont fermés.