19/01/2010

Intérêts poétiques de Genève

Geneve hôtel du gouvernement.jpgOn pourrait croire qu’il n’y a que dans les pays très étatisés comme la France qu’on voit des hommes politiques se comporter comme des chefs d’entreprise - puisque l’État ne suffit jamais en soi, et qu’il faut bien faire rentrer les sous, et donc intervenir aussi dans l’économie. Mais en fait, ce comportement, j’ai pu le constater même à Genève - où l’on est plus libéral qu’en France - quand un élu de la Ville a demandé à une société de poètes que la Ville aidait de favoriser dans ses concours les poètes suisses. C’est ce qu’on appelle le retour sur investissement.

Cela dit, on peut toujours faire un concours réservé aux Suisses, si c’est clair dès le départ; mais le fait est que le règlement du concours en question ne nationalisait aucune catégorie, et que, par conséquent, le résultat d’une telle remarque eût pu être de favoriser les Suisses dans les délibérations du Jury (en faisant croire, par exemple, qu’ils valaient mieux que les autres).

Je me souviens qu’un président du Conseil général de la Haute-Savoie avait lui simplement demandé l’organisation d’un concours de poésie réservé aux habitants du département, ce qui après tout n’est pas illégitime: il faut bien aider les poètes locaux, quand on est une collectivité locale. Mais pour le coup, cela eût été clair, dans le règlement.

Genève internationale.jpgNéanmoins, je puis être mauvaise langue: c’est peut-être simplement ce que voulait l’élu genevois, que les fonds publics de la Ville servissent aux poètes locaux, et qu’un concours leur fût réservé. Il a peut-être simplement manqué de clarté, ou moi d’intelligence (lorsqu’il s’est agi de comprendre ce qu’il disait).

Le problème est évidemment que Genève se dit une ville internationale, et qu’un concours à vocation purement locale serait contraire à cette réputation; mais tout le monde n’est pas attaché, à Genève, à la Genève internationale de la rive droite: certains le sont davantage à la Genève locale et allobroge de la rive gauche. Il y a aussi un fort régionalisme, dans la cité de Calvin.

10:54 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour cher poète de la région. Vous savez bien que la Ville est toujours enfermée dans ses murailles. Que Pagani rêve d'un phalanstère et que Mugny compte les jours qui le séparent de son alpage. Cela dit pour le blogueur que je suis j'aurais apprécié un petit lien hypertext qui m'aurait d'un clic embarqué sur les rives de ce concours urbain. Car à lire votre billet je ne sais de quel magistrat vous parler. Vous trouverez dans notre webzine un billet qui devrait vous aider à créer facilement de tels liens http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2008/07/16/creer-des-liens-hypertextes.html . Et comme vous savez ce sont par les liens qu'on noue les relations. Très bonne journée à vous.

Écrit par : JF Mabut | 19/01/2010

Je ne sais pas moi non plus de quel magistrat il s'agit. Je rapporte seulement une petite histoire qu'on m'a racontée, et elle pourrait bien sûr être fausse. J'aurais dû préciser que c'était seulement une histoire qu'on m'avait racontée, du reste.

De toute façon, n'étant pas électeur à Genève, je n'ai pas cherché à connaître l'identité du magistrat ni même le parti auquel il appartient, car cela ne m'aurait aidé en rien, et je n'ai pas écrit non plus ce petit article pour montrer aux électeurs genevois ce qu'ils pouvaient voter de préférence à autre chose, mais pour montrer d'une part que les politiques donnent des directives culturelles d'un côté comme de l'autre de la frontière, d'autre part pour évoquer un trait que je crois caractéristique de Genève, la réputation "internationale" mêlée à des réactions spontanées souvent assez "localistes": ce que vous-même confirmez. Caractéristique de Genève, ou de toutes les cités modernes occidentales, qui se pensent très ouvertes sur l'extérieur, et qui agissent souvent comme si elles ne l'étaient pas plus que cela. Je ne veux pas blâmer le magistrat en question, car comme je l'ai dit, je trouve justifié qu'on aide aussi les poètes locaux, quand on est un élu local.

Écrit par : RM | 19/01/2010

Et bonjour pareillement, cela va de soi.

(Cette histoire date du reste de plusieurs années.)

Écrit par : RM | 19/01/2010

Les commentaires sont fermés.