25/05/2010

Samoëns aux éditions Le Tour

ecusson_samoens_2_200x0.jpgLes éditions Le Tour viennent de sortir un ouvrage collectif dirigé par le directeur même de la maison d'édition, Marc Mogenet, mon père, lequel ouvrage est consacré à Samoëns, où la maison d'édition est sise, au sein d'une demeure (une ferme qu'on appellerait volontiers chalet, quoique de façon impropre) que mon père tient de ses ancêtres, dans la montagne, et à laquelle il voue une forme de dévotion qui rappelle volontiers le culte des ancêtres qu'on pratiquait chez les anciens Romains ou qu'on pratique encore, explicitement, dans nombre de pays du monde: c'est la religion qui précède les religions dites du Livre, ou les philosophies mystiques émanées de l'Inde. Mais cet ouvrage est tout ce qu'il y a de plus sérieux et moderne, il contient de nombreuses photos en couleurs, très jolies, pour honorer ce village ancestral du point de vue de son concepteur.

J'y ai moi-même écrit deux articles, consacrés aux écrivains de Samoëns, Gerdil et Biord, qui eurent maille à partir avec Rousseau et Voltaire. Mais beaucoup d'auteurs illustres ont participé: Mickaël Meynet (l'auteur des Frahans), Colette Gérôme (historienne officielle, pour ainsi dire, de Samoëns), photo-du-criou-en-hiver-samoens.jpgViolaine Simon, Michel Nicodex (plus connu pour ses pâtisseries magistrales, car il a été longtemps pâtissier à Samoëns, mais il est aussi un érudit), Gisèle Mogenet (ma mère), Lolita Rousset, François-Désiré Riondel (un cousin), Marilyne Mazocchi, Jérôme Gherra, Simone Déchavassine (une cousine), Jean-Marc Jacquier (musicien savoyard célèbre), Michel Dunoyer, Jeannette Granger, Gilbert Taroni (journaliste au Dauphiné libéré), Marie-Pierre Vérignon et Mireille Chauvaud-Gaboriau, tous animateurs culturels de la noble cité aux sept monts, dont Colette Gérôme rappelle qu'elle a dû être fondée par un chef burgonde appelé Samo, qui est sans doute l'homme dont on a retrouvé la tombe il y a plus de cent ans déjà, et qui est peut-être ce Samo originaire de Sens, en Bourgogne, qui à la tête des Wendes, futurs Croates, combattit le roi Dagobert, roi de France et de Bourgogne: c'est l'idée que j'ai, en tout cas, car finalement, Dagobert et Samo se sont mis d'accord, les Slaves qui formaient les troupes du second se sont convertis au catholicisme, et Samo lui-même a disparu des annales de l'histoire: il se peut qu'on lui ait donné le fond de la vallée du Giffre, et qu'il y ait fait venir des colons pour la défricher.

Une brochure excellente et luxueuse, quoi qu'il en soit, coûtant 18 €, et à commander aux éditions Le Tour, 11, route de Chalonges, 74340 Samoëns: c'est l'adresse de Marc Mogenet, qui est dans l'annuaire.

17:13 Publié dans Région | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.