21/02/2011

Dédicace des Muses en vue du mont Blanc

ZU mont-blanc.jpgSamedi 26 février, toute la matinée, je dédicacerai mes Muses contemporaines de Savoie (les écrivains savoyards depuis 1900) à la librairie Livres en tête, de Sallanches, sous le mont Blanc, qu'on commence à bien voir depuis Sallanches, ainsi que Théophile Gautier jadis le remarqua d'un ton ébahi. On peut constater, précisément, que les Muses se tiennent volontiers sur cette montagne, faisant cercle autour de la lumière divine qui inspire les hommes. J'en ai fait un poème, que j'ai placé à la fin de De Bonneville au mont-Blanc. Sauf que j'ai ramené ces Muses à une seule Dame fée. On a perdu l'habitude de distinguer mille choses au sein de la lumière spirituelle. La science à cet égard des anciens Grecs fait volontiers l'objet de risées, ou de jeux, on n'en reparle que pour se divertir. Il faudrait réapprendre à saisir le sens de ces mille nuances, mais sans érudition creuse, en scrutant la lumière même qui jaillit du mont Blanc! Lamartine n'y vit que des esprits, sans pouvoir les distinguer mieux que ce mot ne le permet. Les auteurs contemporains du recueil que je signerai samedi cherchent parfois à aller dans ce sens, comme Samivel avec son gros essai sur les mythes liés à la montagne. Mais il répertorie sans synthétiser. Michel Butor essaye bien de distinguer les gnomes qui sous terre s'activent en hiver, mais plutôt dans la région d'Annemasse, où il vit. Le culte de la montagne est un peu passé de mode. Même mon ami Marcel Maillet voit plus volontiers la lumière divine dans les arbres, les forêts, à la façon des Bretons, qu'il adore. Cependant, on dit que les images grandioses de Novarina ont un rapport avec le chaos de nos sommets, qui rappelle les formations primordiales, les prières créations de l'univers! Sallanches est donc un bon lieu, pour une dédicace de mes Muses.

16:24 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.