23/02/2011

Ovide et la religion antique

ovide.jpgVoltaire croyait que les anciens Romains avaient peu de religion, parce qu'ils n'étaient pas chrétiens. C'est une idée assez répandue. En fait, souvent, les divers aspects de l'ancienne religion romaine sont masqués par des historiens qui n'y accordent pas d'importance, étant plutôt agnostiques. Cela se constate aussi en littérature. Dans les manuels destinés aux collégiens, on trouve des extraits traduits d'Ovide qui, sans le signaler, sautent volontiers des récits de procession religieuse présents dans la version originale. Ces processions peuvent en particulier être liées au culte des empereurs. Tacite nous apprend qu'un collège de prêtres avait été institué pour célébrer officiellement et solennellement le culte d'Auguste, sous Tibère. Mais ces processions, et les sacrifices qui les accompagnent, peuvent aussi s'adresser aux dieux du Ciel. Ces sacrifices sont également retirés des versions qu'on donne à lire aux enfants. Il s'agit de vaches, par exemple, dont Ovide dit qu'on leur ouvre la gorge, répandant le sang rouge sur un drap éclatant de blancheur.

On imagine volontiers que les Romains aimaient les fables, mais qu'il n'y avait chez eux pas de religion particulière, qu'ils se nourrissaient d'agnosticisme. Quand on lit le latin, on sait que c'est quelque peu erroné.

C'est toutefois une tendance générale, que de vouloir rationaliser le passé, et de le lisser, ou de l'édulcorer. On n'aime pas parler de la vie religieuse antique. 245egs1.jpg
Mais le sentiment qu'on peut avoir à cet égard ne correspond en fait pas spécialement à la réalité! L'antipathie qu'on peut éprouver pour la vie religieuse ne dit pas forcément quelque chose sur les anciens Romains: ce n'est pas parce qu'on n'aime pas en parler, ou même qu'on estime qu'il ne faut pas en parler, que cela n'existait pas.

Cela ressemble à la censure contre l'érotisme, car dans les traductions destinées aux collégiens, on allège également cela, chez Ovide. La vie religieuse, lorsqu'elle est rejetée, peut apparaître comme impudique.

07:44 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.