25/04/2011

Jacques Attali et l’industrie nucléaire

nightland.jpgUn jour, m'a-t-on dit, Jacques Attali a écrit un article dans Le Monde affirmant que l'humanité n'avait rien à craindre de l'extinction du soleil parce que, d'ici là, elle aurait assez appris à manier l'atome pour le rallumer, ou en fabriquer un autre! Cela me rappelle The Night Land, le livre de William Hope Hodgson que j'ai lu récemment et dont j'ai parlé ailleurs: il prétend que l'humanité, lorsque le soleil sera éteint, se réfugiera dans une immense pyramide dont l'énergie aura pour source le feu terrestre. Celui-ci est justement évoqué comme ayant un pouvoir magique tendant à la résurrection.

Il existe, je crois, un fond fabuleux à la foi en l'industrie nucléaire. On feint de se placer toujours, au sein du débat public, dans la sphère de la raison, mais, au-delà, des espoirs existent qui touchent au rêve, à la fable, et qui renvoient pour ainsi dire à l'idée de la cité céleste, mais reliée à la science moderne: il s'agit bien de science-fiction, dont l'essence est justement d'unir la fable à la science actuelle, d'orientation matérialiste.

Les anciens Grecs admettaient la puissance magique de la connaissance humaine, tout en la rejetant sur le plan moral: ambiguïté que le monde moderne a souvent du mal à comprendre. Prométhée enchaîné par Zeus après qu'il a apporté le feu aux hommes reflète le serpent condamné par Yahvé à ramper sur le sol de la Terre après qu'il a convaincu les hommes de manger du fruit de l'arbre de la Connaissance, à la différence près que le mythe grec semble orienter l'attention vers les applications concrètes, matérielles, de la Heinrich_fueger_1817_prometheus_brings_fire_to_mankind.jpgscience, vers les techniques. Cependant, l'épisode biblique de la tour de Babel, évoquant l'invention de la brique, et faisant de celle-ci la source du défi jeté à Dieu, va dans le même sens. Mais la mythologie grecque évoque des hommes qui, par la science, ont pu voler, tels Dédale et Icare, ou ressusciter: on touche davantage à la magie et au merveilleux. Héraclès, d'ailleurs, est censé avoir délivré Prométhée.

Or, à l'époque romantique, on le sait bien, on a repris ces fables, mais en estompant leur trame morale: on a surtout regardé comment ces images, si elles étaient matérialisées, amélioreraient le sort de l'homme.

C'est principalement venu d'Angleterre: Percy Shelley a composé Prometheus Unbound, et son épouse, le roman de Frankenstein, qui, toutefois, a conservé la défiance, sur le plan moral, qu'avaient les Anciens vis-à-vis de la Connaissance. Victor Hugo, ensuite, a glorifié le progrès technique, le disant d'origine divine, même s'il voulait qu'il s'accompagne forcément d'une révolution spirituelle: sinon, pensait-il, il conduirait l'humanité à la catastrophe. Précisément, cette révolution spirituelle consistait d'abord à assumer l'origine mystérieuse de la connaissance - ou plus généralement des pensées.

21:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Seulement au sujet de Jacques Attali, il était à énergissima, le salon annuel des énergies renouvelables à Fribourg le 15 avril. Un mois après le début de Fukushima il ne s'est pas attardé sur le nucléaire mais a parlé en faveur des solutions techniques a notre probleme existentiel, donnant de bonnes notes notamment aux nanotechnologies et aux OGM. Sachant qu'il est venu de Paris en avion jusqu'à Genève puis en voiture jusqu'à Fribourg, il faut douter de son intelligence pratique et se cantonner à l'écouter parler pour la forme, qu'il maitrise parfaitement.

Écrit par : philippe de rougemont | 26/04/2011

« Laissez Israël prendre le contrôle de la Syrie »

« Laissez Israël prendre le contrôle de la Syrie »
Le gouvernement syrien continue de s’attaquer aux manifestants pro réforme, avec un nombre de morts atteignant lundi 25 personnes durant une manifestation à Daraa, selon des sources syriennes.

Des milliers de soldats appuyés par des chars ont envahis lundi la ville où le soulèvement de cinq semaines avait commencé, ouvrant le feu sans discernement sur les civils avant l’aube, et tuant au moins 11 personnes, selon des témoins.

L’offensive a été planifiée en détail, l’électricité, l’eau et les services de téléphonie mobile étant coupés pour permettre aux forces de sécurité de progresser plus facilement dans la ville en désorganisant les manifestants.

Selon des témoins, des autobus remplis de soldats ont pris place avant l’aube et des tireurs d’élite ont pris position sur les toits des maisons et des immeubles, tandis que d’autres agents de sécurité fouillaient les maisons des manifestants présumés.

« Nous avons besoin de l’intervention internationale. Nous avons besoin de pays pour nous aider, » a déclaré un témoin dans Daraa à l’Associated Press au téléphone, ajoutant qu’il a vu cinq cadavres après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur une voiture.

« Laissez Obama venir prendre le contrôle de la Syrie. Laissez Israël venir prendre le contrôle de la Syrie. Que les juifs viennent… tout sera mieux que Bachar el-Assad, » a-t-il dit, jouant sur la haine de la Syrie envers Israël pour mette en évidence à quel point les résidents de la ville méprisent le dictateur syrien.

Pendant ce temps, la Maison Blanche intensifie sa condamnation du régime du président Bachar el-Assad, mais ne demande toujours pas le départ du dictateur que certains chefs de file du parti démocrate américain considèrent comme un « réformateur potentiel et un possible négociateur de paix ».

Le département d’état américain a déclaré lundi aux citoyens américains de quitter la Syrie dès que possible et a ordonné à une partie du personnel de l'ambassade américaine à Damas de quitter le pays.

Écrit par : Corto | 26/04/2011

Bonjour,

Qu'il est triste de voir votre post polluer par un événement, qui a son importance, mais pas sa place. Aussi je m'y étalerai pas. Laisser les Etats-Unis et Israel prendre d'un dictateur ne serait qu'un jeu de chaise musical. Laissons ces états fasciste régler leur problème en Irak, en Afghanistan et à Gaza. Et surtout de faire tourner 7 fois sa télé avant de parler.

Je trouve intéressant le livre que vous mettez en référence je vais le noter d'ailleurs. Votre analyse est très intéressante et mérite que l'on s'y penche. Cela dit, je conteste juste une chose. La brique n'est pas montrée comme le défi directe à Dieu, elle n'est que l'outil.

Le roi de cette époque a décidé de faire une tour qui montrerai jusqu'au ciel. Son but étant de le déloger et de prendre sa place. Autant dire que ce souverain se sentait plus péter et que son orgueil la perdu. Selon la bible la tour s'est effondrée et les personnes travaillant sur le chantier se sont mis subitement à parler des langues différentes. Pour ma part, dans un contexte puremment religieux c'est le péché d'orgueil qui est mis en avant.

De grave événements sont à venir et M. Attali, personnalité connue pour aimer l'Apocalypse de St Jean et les apparitions de la Vierge, tiens un discours plutôt contradictoire avec sa passion. Je ne comprends pas. Je ne vous recommanderai que trop de ne pas faire confiance une seule seconde à se moralisateur mondialiste.

Bien à vous

Écrit par : plumenoire | 29/04/2011

Je ne voulais pas mettre en cause la connaissance permettant de créer de l'électricité à partir de la fission de l'atome, non plus. Dans la Bible, la décision de construire une tour qui pénètre les cieux suit mécaniquement l'élaboration des briques. Le parallèle serait qu'au lieu de simplement utiliser la brique ou la fission de l'atome dans des proportions normales, on ait des idées comme celle de pénétrer les cieux ou de rallumer le soleil, ce qui pousse, peut-être, à créer des tours qui sont faites pour s'effondrer, ou des centrales nucléaires qui sont faites pour exploser. Je ne pense pas que les connaissances sur les atomes et leur maniement soient mauvaises en soi. Pas plus qu'il n'était mauvais, pour Dédale, de savoir forger des ailes permettant de voler. Les mythes disent surtout que les inventions sont dangereuses parce qu'elles provoquent l'apparition d'espoirs illusoires. Il y aura peut-être un jour où la fission de l'atome sera aussi ordinaire et aussi peu dangereuse que la construction de briques, mais c'est à condition, précisément, qu'on n'aille pas trop vite, et qu'on ne croie pas que cela pourra résoudre des problèmes d'une portée démesurée. Naturellement, je n'ai pas d'admiration particulière pour Jacques Attali, je pense qu'il s'illusionne, malgré l'apparence de rationalité dont il enrobe ses discours. Il me semble qu'il lie improprement, quoique peut-être inconsciemment, des images tirées des religions ou des mythologies à la connaissance de la matière, et qu'il le fait par matérialisme spontané.

Écrit par : RM | 29/04/2011

Les commentaires sont fermés.