16/09/2011

Attestation de l'Escalade

Clovis2.jpgAmiel disait qu'une société reposait fondamen-talement sur un acte de foi, et que cette foi s'appuyait à son tour sur le miracle, dont il faisait d'abord la perception intérieure de la main de Dieu derrière la nature. Joseph de Maistre avait des pensées proches, et comme il était catholique, il croyait que la France ne pouvait être issue que du baptême et du sacre de Clovis - dont on sait qu'il s'accompagna de prodiges marquant la volonté divine, le Saint-Esprit, sous la forme d'une colombe, ou d'un ange, apportant du ciel la sainte ampoule contenant l'huile du sacre.

Victor Hugo estima néanmoins qu'on pouvait aussi établir l'intervention des puissances célestes dans la fondation de la République: il créa, à cette fin, la figure de l'ange de la Liberté abattant Lilith, fondatrice occulte de la Bastille!

A Genève, la mère Royaume est au fond regardée comme ayant servi d'instrument à la Providence - comme si Dieu même avait voulu abattre la puissance des princes de Savoie et permettre la fondation d'une cité libre. La république de Genève elle aussi est fondée dans le miracle - même si cela ne s'est pas accompagné de faits surnaturels. Hugo disait d'ailleurs que la conception du miracle fondée sur le paranormal était dépassée: il s'agissait à présent de voir les impulsions divines dans l'âme même des hommes, dans ce qui les animait au fond de leur conscience, et non dans la rupture des lois physiques. Jean Valjean sentait près de lui un ange; mais il ne le voyait pas. Amiel alla dans le même sens.

La présence de la Divinité au Pacte de 1291, manifesté dans les images qui représentent cet événement fabuleux sous la forme d'une brillante clarté, est implicitement admise par ceux qui le célèbrent; elle l'est même par ceux qui nient l'historicité du fait, puisque cela en fait un escalade-mere-royaume.jpgmiracle au sens antique: l'événement n'a pas eu lieu physiquement, il n'a eu lieu que dans les esprits, et pourtant, il a fondé un système qui existe vraiment! Il s'agit d'une vision collective, en quelque sorte.

Je suis néanmoins persuadé que du moment qu'un auteur important dit que les hommes qui ont participé à un événement étaient mus par les puissances d'en haut, on trouvera toujours des gens pour nier la réalité de l'événement même. Un jour, on le fera pour la prise de la Bastille - à cause de Victor Hugo.

Mais les Genevois célèbrent toujours la mère Royaume - plus que les Savoyards ne célèbrent le martyre de saint Maurice, événement fondateur, autrefois, de leur petite patrie: la Savoie était dite née sous l'impulsion de son âme, du Saint ressuscité et devenu astre! Certains ont essayé de créer des fêtes solennelles à d'autres dates, mais cela n'a pas encore vraiment pris.

07:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.