06/10/2011

Pierre Corneille et le mythe de l’âme-sœur

parques.jpgJ'ai évoqué, il y a quelque temps, les pensées que Lamartine avait sur l'amour entre l'homme et la femme, et qu'il a exposées dans son roman Raphaël: l'union miraculeuse entre l'un et l'autre pouvait s'affranchir des lois de la nature et créer un être nouveau, unitaire - que Dieu même ne pourrait désassembler! Or, relisant la première pièce de théâtre que Corneille ait fait représenter (à Rouen), la comédie appelée Mélite, je suis tombé sur ces vers (les Parques, comme on sait, sont les maîtresses secrètes de la Destinée):
Je ne l'avais pas su, Parques, jusqu'à ce jour,
Que vous relevassiez de l'empire d'amour,
J'ignorais qu'aussitôt qu'il assemble deux âmes,
Il vous peut commander d'unir aussi leurs trames,
J'ignorais que pour être exemptes de ses coups,
Vous souffrissiez qu'il prît un tel pouvoir sur vous.
Vous en relevez donc, et vos ciseaux barbares
Tranchent comme il lui plaît les choses les plus rares?
psycheabduct.jpgVous en relevez donc, et pour le flatter mieux
Vous voulez comme lui ne vous servir point d'yeux?
L'amour est tout-puissant, jusque sur le destin, et sur ce qui apparemment opposait les amants ou rendait leur union impossible - mariage, inégalité de fortune ou autre chose. Les lois sacrées mêmes ne peuvent rien contre lui, puisque les Parques, dès qu'il s'agit d'amour seul, cessent d'obéir à Jupiter pour n'obéir plus qu'à Cupidon! L'amour est un prodige; une bonne part du merveilleux de la poésie classique et antique émane de la puissance de Vénus et de son preux fils. L'Église catholique même n'a cessé de buter contre sa force, qu'on s'en plaigne ou qu'on s'en réjouisse.

Le romantisme résolut néanmoins le problème en faisant de l'union de ceux qui s'aiment une volonté cachée de la destinée même, et William Hope Hodgson, dans The Night Land, allait jusqu'à dire que le monde était fait pour que chacun trouve son âme-sœur et s'unisse avec elle dans l'éternité, au travers de vies successives au cours desquelles l'union ne pouvait que s'approfondir - jusqu'à ne former qu'un seul être angélique et dénué de sexe distinct, eût dit Joseph de Maistre, qui à cet égard partageait les idées des théosophes qu'il avait fréquentés à Lyon, sur l'Androgyne devant apparaître au-delà du Temps. De cette perspective plus ou moins nette l'amour tirait secrètement sa force, au fond.

07:18 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.