21/11/2011

Salon du livre des Marches, en Savoie

livre-en-marches.jpgLe week-end prochain, je serai au salon du livre des Marches, près de Chambéry. C'est la première fois que je m'y rends, et je me réjouis, car j'aime changer de département: cela me fait voyager. Je ne connais pas si bien la Savoie du sud - comme l'appellent les régionalistes. Le public est différent de celui de la Haute-Savoie, l'atmosphère est également différente. On rencontre de nouvelles sortes de personnes.

Au début de ma collaboration avec les éditions Le Tour, je participais souvent à des livres qui concernaient aussi bien le département de la Savoie que celui de Haute-Savoie: Le Siège de Briançon de Jacques Replat, que j'ai préfacé, se passe au bord du lac d'Annecy, mais aussi en Maurienne et en Tarentaise, et Replat lui-même, quoique vivant à Annecy, était né à Chambéry. La nouvelle des Prisonniers du Caucase de Xavier de Maistre, que j'ai aussi préfacée, a été écrite par un Chambérien bien connu, qui a sa statue devant le Château des Ducs. Et puis il y a eu mon livre Portes de la Savoie occulte, qui évoque la littérature au temps des princes et les mystères que les écrivains aimaient alors évoquer, en rapport avec la dynastie. Mais il s'est avéré que le public ne réagissait pas favorablement à cette invocation à l'ancienne Savoie: pour lui, ce n'était pas une référence culturelle significative, distincte - légitime. Je me suis donc, par la suite, concentré sur la Haute-Savoie, et en particulier sur sa partie septentrionale, car il n'y a pas non plus de cohérence claire dans la Haute-Savoie en général: le département n'a pas de culture qui lui soit commune.

J'ai, cependant, retenté récemment la chose, avec mes Muses contemporaines de Savoie. Je dois dire que le succès n'en est pas retentissant. A Annecy, un libraire important600px-Vitrail_-_Savoie.jpg a renvoyé les exemplaires en disant que la Haute-Savoie n'était pas la Savoie. J'aurais dû mettre: Muses contemporaines des Pays de Savoie. Mais c'eût été trop long. Le titre ne pose évidemment pas de problème à Chambéry, et il y a plusieurs écrivains du département de la Savoie qui sont représentés. Mon camarade tarin Jean-Luc Favre, par exemple, ou l'excellent patoisant Pierre Grasset, ou encore le noble poète gastronome Philippe Roman, le fin poète potier Émile Simonod et le célèbre Mauriennais à demi corse - par son père - Paul Vincensini, dont le talent est reconnu. Je suis donc heureux de me rendre à ce salon, qui aura lieu samedi après-midi et dimanche toute la journée. Pour les habitants de Genève, venir à Chambéry serait naturellement l'occasion de visiter la belle maison des Charmettes de Jean-Jacques Rousseau. Et aussi de voir la cité qui a abrité les princes tant haïs de 1602! Ceux qui parmi eux ont été reconnus comme des hommes d'excellence sont honorés dans la cathédrale Saint-François-de-Sales: c'est toute une atmosphère!

08:19 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.