01/03/2012

Inégalités des civilisations

Louis_XIV_-_Charles_le_Brun (1).jpgQue vaut une civilisation qui légifère sur l'histoire? Pas grand-chose, sans doute. Je ne sais pas pourquoi ceux qui parlent de l'inégalité des civilisations mettent toujours celle à laquelle ils se sentent appartenir au-dessus des autres. L'idée aurait plus de crédit si on commençait par reconnaître que sa propre culture fait partie des moins avancées!

De mon point de vue, les civilisations, prises globalement, sont égales; toutes apportent leur pierre à l'édifice humain. Mais elles le font à des époques différentes. Selon les temps, une civilisation est plus ou moins riche. A une même époque, plusieurs civilisations qui se côtoient ne sont pas au même stade de leur développement: l'une est à son aurore, l'autre à son zénith, la troisième à son déclin, la dernière dans sa nuit.

La France, est-elle actuellement à son apogée? Il serait difficile de le croire: sa gloire est liée au roi Louis XIV. Pour les autres traditions culturelles, chacun peut en juger à sa guise, s'il s'y connaît.

Cependant, quand deux traditions culturelles différentes entrent en contact, l'important n'est pas de savoir quelle est la meilleure mais de savoir comment chacune peut profiter de l'autre pour s'améliorer. Il est dommage qu'en Occident on passe tant de temps à essayer de prouver que telle ou telle tradition est inférieure à la tradition occidentale même, et si peu à essayer de voir ce qui, dans les traditions d'origine étrangère, peut combler un manque. Henry Corbin en a pourtant beaucoup parlé, pour l'Islam. Je l'ai lu et l'ai trouvé très convaincant. Mais d'autres n'ont pas la même opinion. Ils rejettent la chose parce que Corbin justement a montré qu'elle apportait quelque chose de différent. Quel universalisme y a-t-il dans cette position, je ne sais pas; et quelle civilisation peut se prétendre à son apogée, si elle ne tend à pas à l'universalisme?

Je me souviens que l'écrivain Maurice Dantec était de ceux qui rejetaient précisément l'aspect gnostique mis à jour par Corbin, et la tendance, sensible jusque dans le Coran, à créer des images faisant fusionner le concept et la réalité sensible. Mais est-ce sensé? Lui, un écrivain de science-fiction! Prétend-il que ses imaginations sont autre chose que des concepts déployés en images sensibles? Ce serait absurde. S'il se pose comme créant rationnellement des vérités futures, il peut bien apparaître comme une manifestation d'une civilisation en déclin: celle qui prend ses fantasmes pour la réalité - qui fait de ses craintes sur l'avenir, notamment, des pressentiments inspirés! C'est Rome imaginant que le monde entier est barbare, et se mettant dans la position d'être balayée par l'humanité dans son ensemble.

Il faudrait pouvoir, lorsqu'on juge des civilisations, le faire sans s'impliquer personnellement. Sinon, cela ne vaut rien.

08:10 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.