07/05/2012

Temples de l'enseignement

Vat Phnom.jpgLes collèges publics, en France, ne ressemblent pas tellement, en général, à des lieux d'éducation: plutôt à des bâtiments administratifs. Si on trouve qu'un établissement d'enseignement doit justement ressembler à cela, c'est, je crois, seulement parce qu'on s'y est habitué: comme disait mon professeur de Droit - à l'époque où je faisais du Droit -, on prend ce qui est pour ce qui devrait être.

Personnellement, je crois qu'un collège accueillant des adolescents devrait avoir une tout autre allure; je trouve en particulier qu'il devrait posséder une dimension artistique claire.

Comment espérer toucher intérieurement les jeunes sans passer par la musique, la couleur, les formes, je ne le sais pas. Il n'est pas vrai que les enfants soient des êtres intellectuels au même titre que les adultes, avec simplement des facultés inférieures; ils ont réellement une sensibilité particulière à la couleur, aux sons, aux formes, laquelle ensuite se perd, remplacée par une sensibilité aux concepts, aux idées. Tout adulte peut se souvenir de la façon dont les couleurs, quand il était petit, le bouleversaient, le submergeaient - et aussi les formes, les matériaux: les billes, par exemple, étaient tellement fascinantes! Jean-Vincent Verdonnet en a souvent repris l'image, dans sa poésie.

Cela signifie qu'il faut changer complètement, selon moi, l'aspect des établissements publicsCosette.jpg d'enseignement, pour en faire des objets d'art. Les murs gagneraient à être peuplés d'images aux couleurs vives et franches, et dont les sujets seraient tirés de la culture qu'on veut enseigner: les fables de La Fontaine, la mythologie grecque, l'histoire romaine, Jean Valjean portant le seau de Cosette, D'Artagnan affrontant les hommes du Cardinal, Rousseau et Voltaire se disputant, que sais-je? Il appartient aux enseignants d'en décider.

Cela peut aussi être sculpté. N'a-t-on pas forgé le génie de la Liberté, à Paris, le rendant semblable à un ange? Il pourrait être dans chaque cour de récréation, monté sur une colonne, comme il l'est place de la Bastille.

L'architecture peut être conçue non de façon simplement fonctionnelle, mais aussi de manière à matérialiser l'esprit de la République; et, au fronton des édifices, Liberté Egalité Fraternité, écrit en lettres d'or.

Il faudrait que la République devienne une chose belle, et non pas simplement sainte: il faudrait créer des figures pleines de charme, de grâce, d'élégance, qui la représentent. Cela parlerait tellement plus!

Je crois que c'est ce qu'aurait voulu Victor Hugo: lui qui a si souvent chanté les anges qui portent les hommes vers l'avenir! Car, dans Claude Gueux, il dit qu'une éducation fondée sur les seules sciences serait extrêmement dangereuse: qu'il faut aussi nourrir les cœurs; et cela passe par des images belles, colorées, aux lignes harmonieuses. L'enseignement doit redevenir un art, après n'avoir plus été, durant longtemps, qu'une technique. C'est mon idée.

08:13 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.