26/07/2012

Sorcellerie à Samoëns

36 Un proces a.jpgMa mère, Gisèle Mogenet, a récemment fait paraître le procès complet de membres de la famille poursuivis pour sorcellerie en 1682. Cela s'appelle simplement: Un procès en sorcellerie. Les pièces du procès ont été retranscrites et traduites (beaucoup étaient en latin). Les deux fauteurs de troubles étaient Ayma Riondel, veuve de Claude Mogenet, et son fils, Joseph Mogenet. Dans un premier temps, ils ont été condamnés au fouet et au bannissement perpétuel, mais comme ils sont revenus en Savoie (ils avaient été expulsés en France), ils ont été repris par la justice. En fuyant, la mère est tombée sur des rochers, et s'est ouvert le crâne; elle en est morte la nuit suivante. Quant au fils, il a été condamné aux galères (le duc de Savoie gardait sa flotte dans la rade de Villefranche-sur-Mer, dans le comté de Nice).

Ils étaient accusés de diverses choses fantastiques. La mère en particulier était réputée transformer les gouttes d'eau en grêle grâce à un bâton enduit de graisse. Le fils était regardé comme pouvant se changer en loup. On disait des deux qu'ils participaient à des fêtes de sorciers au cours desquels on en voyait qui sautaient depuis de prodigieuses hauteurs sans se faire mal. La justice du Souverain Sénat de Savoie se ridiculise malheureusement en n'ayant comme témoins que des enfants.

Ce qui est certain est qu'Ayma Riondel profitait de sa réputation de sorcière pour se faire craindre des habitants, ou leur donner de faux espoirs. Elle a prétendu un jour pouvoir ramener un enfant enlevé par les loups. (Car cela arrivait; on a beau dire le contraire, je l'ai lugoya_le_sabbat_des_sorcieres.jpg plusieurs fois dans de vieilles chroniques.) Naturellement, on ne retrouva pas l'enfant: seule sa chemise ensanglantée réapparut. Ce fait terrible déclencha le procès. Lors de l'arrestation, Ayma fut trouvée nue dans le même lit avec son fils également nu...

Ils furent soumis à la question, niant aucune sorcellerie.

Le raisonnement du procureur est assez filandreux: il s'appuie sur des autorités consacrées pour certifier que la graisse du bâton servant à créer de la grêle est forcément tirée d'enfants morts! On en tirait qu'Ayma avait pu en immoler avec l'aide de son fils transformé en loup, ou de loups avec lesquels elle communiquait...

Bref, une triste histoire. Mais qui plonge dans l'atmosphère d'une époque et d'un lieu.

Ma mère n'a pas voulu commenter, laissant le lecteur tout découvrir par lui-même. Elle n'a pas voulu synthétiser non plus, de sorte que les questions posées lors des interrogatoires reprennent mot pour mot les témoignages effectués au préalable, et se répètent d'un interrogatoire à l'autre; comme en plus les accusés nient presque tout en bloc, cela aurait pu être allégé.

Un officier profite de son voyage de Chambéry à Samoëns pour faire un rapport amusant sur la ville de Cluses, qui alors était très pauvre: le détail des impôts perçus par elle apparaît. Les édifices publics tombent tous en ruine!

Un livre pittoresque.

07:18 Publié dans Savoie | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

cette sorcellerie était gentille à comparer avec celle exercée au Gabon ,mutilations et sacrifices humains de quoi flanquer les frissons.
En Suisse comme dans d'autres pays de nombreuses femmes âgées et veuves avaient pour sobriquet vieilles sorcières .Cependant dès l'instant ou vous arrivez à transformer un met en l'adaptant au gout de chacun n'y a-t'il pas un brin de sorcellerie aussi ?Tout est relatif parcontre le fétichisme Gabonais a lui plutôt l'aspect du Vaudou et Satanisme associés visant surtout les enfants
Alors plein succés pour le bouquin présenté l'ésotérisme est d'actualité on peut d'ores et déjà lui prédire de nombreux lecteurs.

Écrit par : lovsmeralda | 26/07/2012

Merci, Lovsmeralda! Cela dit, je n'ai pas dû être assez clair, on reprochait justement à Ayma Riondel d'avoir en fait attrapé l'enfant mangé par les loups, et attrapé en fait par le fils qui s'était transformé en loup, et de l'avoir immolé pour enduire de sa graisse le bâton qui transformait les gouttes d'eau en grêle. On le laissait entendre. Les autorités consacrées en matière de sorcellerie parlaient bien d'enfants immolés. Mais naturellement, on n'a pas eu la preuve qu'Ayma avait fait une chose pareille, d'ailleurs, c'est sans doute pour cela qu'elle n'a été que bannie. Mais on laissait entendre qu'elle avait pu le faire.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/07/2012

(Tout le problème est ici venu de l'horrible histoire de l'enfant réellement enlevé par les loups.)

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/07/2012

(Mais naturellement, Marc Veyrat l'a dit, l'art culinaire relève de l'alchimie, non de la chimie, et les artistes sont toujours un peu magiciens. Les vrais artistes sont toujours en même temps magiciens, même sans le savoir!)

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/07/2012

Connaissez-vous cela?

http://books.google.ch/books?id=6_RyshyC5QAC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

je ne sais pas s'il a été traduit en français ou autre langue; j'avais lu ces "Vidas mágicas e Inquisición", sur l'Espagne des XVIe et XVIIe siècles, il y a pas mal d'années et l'avais trouvé assez surprenant. Dans la première partie, l'auteur analyse l'origine de plusieurs procès en sorcellerie, avec des issues semblables à celui que vous décrivez, et on retrouve à chaque fois les mêmes composantes: rivalités, médisances, conflits de voisinage et indécrottable superstition. C'était, semble-t-il, tellement récurrent, que l'Inquisition ne n'en occupait quasiment plus et en laissait aux tribunaux séculiers le soin de régler ces cas. Parfois les histoires semblent issues de pièces de théâtre de l'époque, avec leurs entremetteuses et leurs "pícaros". Dans certains cas même, le rôle des inquisiteurs était de calmer des foules qui se mettaient à accuser telle ou telle vieille femme pour des histoires qui n'avaient rien à voir avec la religion.

Écrit par : Inma Abbet | 26/07/2012

Oui, dans les faits, le peuple même accusait de sorcellerie les gens, et les autorités étaient fréquemment obligées de faire un procès. L'histoire de Don Carlos, le fils de Philippe II, va bien dans ce sens. On le méconnaît. On fait comme si le peuple alors n'avait aucun pouvoir, mais la justice était aussi là pour apaiser les esprits, comme maintenant. J'ai le sentiment que malgré ce qu'a pu dire le procureur, les juges de Chambéry n'ont pas forcément cru à la sorcellerie, mais comme tout a commencé avec l'histoire de l'enfant enlevé par les loups, et la prétention d'Ayma Riondel à pouvoir le ramener, on peut comprendre qu'elle ait été condamnée au bannissement. Son comportement était de toute façon immoral.

Je n'ai pas lu ce livre, mais j'ai appréhendé directement beaucoup d'histoires de ce genre en lisant des textes d'époque, et il m'a toujours semblé qu'on avait une vision romantique du peuple même quand on s'en prenait aux inquisiteurs, comme si ce peuple était toujours victime, alors qu'il tend bien à chercher des boucs émissaires, tout le monde le sait. Dès que la peste apparaît, on invente des complots de gens qui l'ont créée, notamment par sorcellerie, c'est ce dont parlait Manzoni dans sa "Storia della colonna infame", et l'atmosphère était proche de ce qui s'est passé à Samoëns. Ayma Riondel s'est montrée surtout imprudente et insensible aux malheurs d'autrui.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/07/2012

@Monsieur Rémi Morgenet,en effet le loup à lui seul mériterait un livre.Pauvre petit Chaperon Rouge couché à coté du grand méchant loup/image tirée d'un très ancien livre auxquel se référèrent nombre de grands mamans de l'époque pour faite tenir tranquilles leurs petit enfants.N'empêche que le loup savait lui comment faire obéir les enfants,pour d'autres ce fut le grand manou
Un livre comme celui dont il est question dans l'article est une richesse du patrimoine culturel et intellectuel comme tout ce qui a été et est encore raconté par nos anciens qui ont été mobilisés .
Toute belle soirée pour vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 26/07/2012

oups,excusez moi pour avoir estropié votre nom

Écrit par : lovsmeralda | 26/07/2012

On aurait pu croire que je venais de Morges... Mais ce n'est pas grave. Merci pour votre commentaire. Le loup peut même être mythologique directement, comme dans la tradition des anciens Germains, où il était une bête de l'enfer. Le loup Fenrir. A bientôt!

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/07/2012

Les commentaires sont fermés.