12/09/2012

Hulk contre les extraterrestres

avengers-cover-58.jpgDans le GuideTV-Cinéma de la Tribune de Genève du 1er septembre, on trouvait une présentation du film Avengers, qui connaît des sommets, en termes de succès commercial. Je l’ai pourtant trouvé léger. Les extraterrestres m’ont semblé peu crédibles, et l’intrigue, artificielle, notamment parce qu’elle ramassait en trop peu de scènes des sujets en fait compliqués à traiter. Il est significatif que Bernard Chappuis, l’auteur de l’article, évoque Hulk qui, lors de sa première apparition dans la série dessinée des Vengeurs, était leur ennemi. Il est complètement invraisemblable qu’il devienne raisonnable simplement parce que les événements le font souhaiter. L’idée est qu’irradié par des rayons gamma, un homme devient une bête brute, à l’esprit obscurci par les forces ténébreuses de l’univers. L’expérience montre que retrouver les voies de la conscience, dans ce type d’état, n’est pas une affaire mince, et que l’enjeu en est immense: si on en connaissait le remède, la Terre serait un vrai paradis. Un film entier n’eût pas été de trop pour traiter ce problème. Mais comme, dans celui-ci, tout est subordonné à la nécessité d’affronter des extraterrestres, on ne perd pas de temps à s’interroger sur ce qui peut permettre de vaincre ses mauvais instincts! C’est d’autant plus dommage qu’au fond les extraterrestres ne sont qu’un fantasme qui, comme les démons autrefois, peut être symbolique - et renvoie, en réalité, à ces mêmes mauvais instincts! C’est donc lié. Et il ne sert à rien de montrer Hulk qui va facilement du côté du bien et qui ensuite a des difficultés pour vaincre les extraterrestres!
 
Les raisons du succès sont parfois difficiles à saisir. Disons qu’il faut avoir l’air de traiter de sujets importants, sans le faire vraiment. Il faut que les figures viennent de la mythologie, mais qu’elles restent à la surface, qu’elles se contentent de colorer l’image. Créer l’illusion que sur le plan moral, tout est toujours très facile, et que les problèmes les plus difficiles à surmonter sont matériels, est une tendance propre au matérialisme moderne, et d’ailleurs, feindre que les extraterrestres ne sont pas des fantasmes renvoyant aux peurs irraisonnées et donc à la mauvaise conscience, mais des organismes potentiellement réels, va dans le même sens. Car avoir peur d’êtres qu’on n’a jamais vus, cela ne peut avoir lieu, disaient les anciens sages, que si on est rongé par le remords. (Dans la Bible, Dieu inflige de tels châtiments aux méchants.)
 
On peut, ainsi, décupler les forces atomiques, les rayons gamma, les puissances mécaniques, dit indirectement le film: l’homme occidental est toujours assez bien pour utiliser à bon escient ces choses. C’est rassurant.

12:39 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.