12/10/2012

Un voyage sur la Lune par Edgar Poe

Great-Moon-Hoax-1835-New-York-Sun.jpgEdgar Poe a écrit une nouvelle qui raconte un voyage sur la Lune: Aventures sans pareilles d’un certain Hans Pfaall. Ce Hans Pfaall va sur l’astre d’argent en ballon pour échapper à ses créanciers.
 
Il dit y avoir trouvé un vilain petit peuple dont la cité avait un aspect fantastique. Il n’avait pas d’oreilles, ni de langage, mais communiquait quand même par une méthode inouïe, qui n’est pas dite. Il dit aussi qu’il existe un incompréhensible lien unissant chaque citoyen de la Terre à un citoyen de la Lune: comme si l’un était l’ombre de l’autre. Charles Cros reprendra cette idée dans un poème, mais à propos de Vénus:
 
                     levant les yeux languissamment,
Nous avons eu tous deux un long tressaillement,
Sous la sérénité du rayon planétaire.
Sans doute, à cet instant deux amants, dans Vénus, 
Arrêtés en des bois aux parfums inconnus,
Ont, entre deux baisers, regardé notre terre.
 
Pour Poe, ce lien a pour origine les mouvements des deux planètes, qui ont une influence sur les destinées.
 
Il évoque également les sombres mystères sur la face cachée, laissant planer l’épouvante, n’en disant pas davantage. Lovecraft en prendra parti, dans sa propre évocation de la Lune: il essayait de poursuivre Poe à l’endroit où il s’était arrêté, de prolonger sa mythologie.
 
Il est possible qu’il faille comprendre qu’il s’agit d’une mystification afin d’échapper à ses dettes. Mais Poe crée un mystère nourri de la tradition qui voit dans la Lune un objet qui a des résonances mystiques, et pas seulement un état physique. Sa nouvelle n’est pas très longue, et le récit de l’ascension en ballon tient beaucoup de place. On était encore à l’époque où les techniques nouvelles fascinaient davantage que les secrets des astres.

09:35 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.