14/10/2012

Les automnales de Jean-Vincent Verdonnet

soleil-couchant-penestin-mer-morbihan-france-bretagne_93596.jpgLa maison d’édition Couleurs d’encre, sise à Lausanne, a publié en septembre un petit recueil de poésie de l’excellent Jean-Vincent Verdonnet, Automnales,  illustré par des peintures de Claire Nicole, suite à une exposition conjointe, entre le poète et la peintre. On y trouve de merveilleux tercets qui appellent à la méditation en approfondissant le paysage et les souvenirs vers le mystère:
 
Précédant ceux de la lumière
les pas de l’indicible en marche
vers les barrières du couchant
 
Pour suggérer une présence spirituelle, Verdonnet se contente de personnifier des éléments, tels que la lumière, ou des idées, telles que l’indicible. Lorsque les étoiles ont des sentiments proprement humains, on touche au grandiose:
 
Vient l’heure du regret des frasques
mais pour le pardon des étoiles
il te faut attendre la nuit
 
Une vie morale poignante peuple soudain l’espace et le temps. De belles intuitions surgissent:
 
Les vagues du sommeil t’apportent
ces échos du pays d’ailleurs
dont nul n’est jamais revenu
 
On touche au suprême inconnu, mais puisque nul, selon le poète, n’en est jamais revenu, on ne peut rien en dire de clair.
 
verdonnet.jpgMais qui peut nier que certains phénomènes naturels aient l’air de parler, de dire quelque chose à l’être humain? Ils lui hurlent à l’oreille des vérités qu’il n’entend pas, mais Verdonnet parvient à en rendre compte:
 
Dans la houle de ses herbages
tu regardes fuir la prairie
qui chaque jour t’emmène un peu
 
Ces herbes battues par le vent ont une telle âme, semblent dire quelque chose de si important! Ne s'agit-il pas du souffle de la destinée qui amène vers la fin?
 
François de Sales recommandait de méditer sur la nature et d’en tirer une essence morale. Quoique sans relation avec la doctrine religieuse préétablie du saint évêque, les vers de Verdonnet transfigurent pareillement le paysage en lui donnant du sens.
 
Les masses colorées de Claire Nicole semblent elles aussi dire quelque chose sans pouvoir en donner des contours clairs - sans, par conséquent, le réduire à des formes simples. Un recueil plein d’âme, lui-même!

09:01 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.