28/10/2012

Le réveil du héros (Degolio V)

image_71816336.jpgDans le dernier épisode de cette digne série, je disais que Charles de Gaulle, après avoir mis à l’auriculaire droit un anneau que lui tendait une dame brillante qui s’était présentée à lui comme étant la bonne fée de la France, il avait sombré dans l’inconscience après s’être senti traversé d’éclairs qui l’avaient déchiré.
 
Or, lorsqu’il s’éveilla, il était de nouveau dans la rue de Paris qu’il avait parcourue avant de pénétrer l’immeuble au fond duquel il avait découvert la dame étrange aux cheveux lumineux et au voile tricolore qui l’avaient tant ému. Il était allongé sur un trottoir, et il entendait qu’on lui parlait: Monsieur! Monsieur! lui disait-on; réveillez-vous! Il ouvrit les yeux: c’était les éboueurs de Paris. Il faisait à peine jour. Que vous est-il arrivé? lui demandèrent-ils. Que faites-vous, ici, inconscient, parmi nos poubelles? Car c’est là qu’il se trouvait.
 
Mabuse2.jpgIl répondit, en balbutiant, qu’il n’en savait rien; il avait été comme frappé par la foudre et il ne se souvenait plus de rien! Car il n’avait, de ce qu’il avait vécu, que des bribes de souvenirs, et pensait avoir rêvé. Cependant, il se sentait bien; il refusa d’aller à l’hôpital, comme les éboueurs le lui conseillaient, se leva et rentra chez lui, à pied; d’abord il tituba quelque peu, puis il marcha d’un pas plus assuré. Quand on le croisait, on le regardait d’un air amusé, et même on pouffait de rire, car il était complètement décoiffé et ébouriffé, ses cheveux partaient dans tous les sens, et il regardait fixement devant lui, les yeux grand-ouverts, comme s'il avait été illuminé. Mais il ne se rendait aucunement compte des réactions que son apparence suscitait.
 
Cependant, sur le chemin, au moment où le soleil se leva, il crut voir soudain, à l’auriculaire de sa main droite, une sorte de feu, d’éclat qui avait la teinte de l'azur - et soudain, il se souvint: l’anneau! Il regarda sa main et, aussitôt, l’éclat se dissipa, comme s’il n’avait été qu’un reflet des rayons de l’astreachat-vente-de-bijoux-precieux-occasion-paris-75012-bague-saphir-diamants-occasion-715-71530.jpg du jour sur son ongle. Il soupira, reprit sa marche et fut bientôt chez lui.
 
Son épouse, très inquiète, lui demanda ce qu’il lui était arrivé, et pourquoi il n’était pas revenu la veille au soir, comme il le faisait chaque jour après sa promenade, et il raconta qu’il avait eu une sorte d’évanouissement, venu d’il ne savait où, et qu’il avait dormi plusieurs heures durant, mais qu’à présent il allait parfaitement bien, et qu’on aurait tort de s’inquiéter. Sa femme voulut quand même lui faire passer quelques examens; après avoir un peu protesté, il s’y plia de bonne grâce, et elle l’emmena à l’hôpital. Il y resta deux jours, mais on ne trouva rien. On le laissa rentrer chez lui, et la vie reprit pour lui son cours.
 
Mais un jour, comme on s’en doute, le nouvel être qui était né en lui depuis qu’il avait passé la bague magique à son doigt s’éveilla. Cela sera raconté dans un prochain épisode, si la destinée le permet.

20:03 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.