03/04/2013

Augustin, Lucien et les extraterrestres

saint_augustin_426.jpgSaint Augustin, dans ses Confessions, a indirectement démenti que les anges pussent être assimilés à des extraterrestres au sens où l’entend la conscience moderne. Il évoque le séjour de ces anges, l’appelant Maison de Dieu, dans ces termes (XII): Haec est domus dei non terrena neque ulla caelesti mole corporea, sed spiritalis et particeps aeternitatis tuae, quia sine labe in aeternum. (Ceci est la maison divine, ni terrestre, ni faite d’un corps matériel céleste, mais spirituelle et participant de ton éternité parce sans tache dans l’éternité.)
 
Ce monde purement spirituel fut selon lui établi avant le monde physique: il fut créé en principe - c’est-à-dire à la façon d’une idée pure -, avant que la Terre et les corps célestes apparussent. L’interprétation de la Genèse est ici platonicienne. Saint Augustin expliquait de cette façon que le texte sacré semblât se répéter...
 
Il est vraisemblable, de mon point de vue, que s’il a tenu à préciser qu’on ne pouvait assimiler la maison divine aux corps physiques du ciel (ni, par conséquent, les anges à ceux qui habitaient ceux-ci), c’est bien que l’opinion existait.
 
De fait, on connaît le récit parodique de Lucien de Samosate affirmant que la Lune et le Soleil sont habités et décrivant les peuples qui y résident. Ils sont souvent portés par des oiseaux fantastiques, et parmi eux se trouvent des êtres venus des étoiles, dont une lignée en particulier, native de l’Ourse, vole d’elle-même, portée par le vent qui gonfle ses robes. Le lien avec les anges pouvait donc être facilement établi, et cela, d’autant plus que, comme dans la science-fiction traditionnelle, les mœurs des lucien.jpgSélénites sont extraordinaires: elles font d’eux des êtres merveilleux, rappelant les génies et les fées: ils naissent d’arbres, se nourrissent de la fumée de viande rôtie et de la rosée d’un air pressé dans des vases, lorsqu’ils meurent ils se dissipent dans l’air ainsi qu’une vapeur, ils ont des yeux amovibles et peuvent se les échanger à la manière d’outils, un ventre qui s’ouvre à volonté et sert de poche ou d’abri velu pour leurs petits enfants - en un mot, ils sont bien moins matériels que l’être humain: leur corps leur n’est pas une prison aussi ferme; il participe davantage de l’éther.
 
Après la Lune, Lucien dit avoir visité une cité spatiale suspendue entre les Hyades et les Pléiades et habitée de lampes: elles sont animées, douées d’intelligence, s’expriment avec clarté; il s’agit de vivantes flammes. Elles ont pour maisons des lanternes! De nouveau, on pouvait assimiler ces êtres fantastiques aux Anges.
 
Le mythe des extraterrestres n’est pas propre à l’époque moderne. Ils ont toujours figuré, précisément, ce monde situé entre les anges au sens vrai - esprits divins que n’entache aucune matière, fût-elle la plus fine -, et les hommes: le merveilleux mêle les deux mondes pour créer un nouvel espace. C’est bien à cette strate de l’existence que saint Augustin voulait refuser la faculté d’englober les divins Anges, dont il disait qu’ils vivaient dans le ciel du ciel: le ciel physique n’était qu’intermédiaire. Au Moyen Âge, par conséquent, ces fables seront volontiers assimilées à des illusions démoniaques, et le voyage dans l’espace céleste physique ne sera plus admis; il faudra attendre la Renaissance pour le voir réapparaître, cette fois avec par surcroît certaines considérations scientifiques en germe.

12:56 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.