17/04/2013

Le génie de Paris selon Lehman et Créty

solcum 22.jpgJ’ai lu un album passionnant, le quatrième tome de Masqué, bande dessinée de Serge Lehman et Stéphane Créty, qui vient de sortir. Elle parle d’un super-héros dans un Paris rêvé, né d’un mystérieux Plasme qui matérialise l’inconscient de la ville. On retrouve les conceptions antiques qui donnaient à chaque ville un génie constitué de ce qui collectivement habitait l’âme du peuple. Cependant, on est proche ici de la psychanalyse: le Plasme ressemble à une force aveugle et élémentaire; il n’est pas clairement relié à la Divinité. Il est une simple puissance magique d’origine inconnue.
 
Serge Lehman rappelle avec un certain génie que le super-héros est une œuvre d’art vivante, un symbole animé, un mythe vrai. Mais je regrette que l’agent obscur qui donne vie au rêve soit laissé complètement dans l’ombre. Personnellement, je songe toujours, à ce sujet, au mythe de Pygmalion, lequel sculpte une femme idéale qui s’éveille au jour grâce à l’intervention d’Aphrodite, que le sculpteur a priée. Carlo Collodi, dans son Pinocchio, a repris cette idée par la fée bleue qui transforme la célèbre marionnette en être vivant et qui est l’émanation d’une étoile que Gepetto a également priée. Plusieurs auteurs ont osé clarifié leur sentiment, à cet égard. En France, Villiers-de-L’Isle-Adam affirme que le robot forgé metro.jpgpar Edison est habité par un esprit interplanétaire, dans son Ève future...
 
Au reste, Serge Lehman en dira peut-être davantage, dans les prochains épisodes. Mais ce n’est pas sûr: il y a une sorte de crainte, à explorer le mystère. Et artistiquement, une défiance légitime face aux figures déjà exploitées par d’autres et vidées de leur contenu par l’accoutumance du public.
 
L’album, tel qu’il est, demeure excellent. Le dessin donne au héros une majesté et une noblesse impressionnantes. D’ailleurs le Plasma crée aussi des monstres maléfiques, et c’est judicieux - voire génial. Il s’ensuit des combats grandioses!
 
Le Paris de Masqué, transfiguré, devient une cité de légende. À la fin de l’histoire, le héros annonce que d’autres villes d’Europe vont bientôt être dans ce cas. Remarquons qu'il existe déjà depuis longtemps un Captain Britain: il veut sans doute parler de l'Europe continentale. Et puis il ne faut pas oublier les autres villes de France, qui ont toutes droit à la matérialisation au sein du Plasme. J'entends déjà parler d'un super-héros grenoblois, Elementar, dont je dirai quelques mots à l'occasion.
 
L’art est libre. Le statut officiel des cités doit-il le diriger? Comme disait Flaubert répondant à son ami Du Camp assurant qu’à Paris seulement était le souffle de vie, l’Esprit est partout. Et j’ajouterai: le Plasme aussi!

16:15 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.