21/04/2013

Trinité hindoue chez les Khmers

vishnu.jpgJ’ai visité le musée de Siem Reap, au Cambodge, et il y est dit que les Khmers, au temps où ils étaient hindouistes (il y a environ mille ans), adoraient Vishnou, Shiva, mais non Brahma - ou très peu. L’idée d’un dieu suprême existait, mais on ne la liait pas à une trinité.
 
Brahma est comme le père de la création; il renvoie au passé. Vishnou est lié au présent, Shiva à l’avenir. Cela revient à dire que ce qui est corporel, issu de l’hérédité, était moins important, pour les anciens Khmers, que ce qui se lie aux sentiments du présent, ou aux désirs projetant vers l’avenir.
 
A Phnom Penh, j’ai été frappé par la présence d’une statue sublime, dorée et sertie de diamants de Bouddha Maitreya - qui est le Maître de l’avenir, celui qui doit venir arracher les hommes au monde périssable pour les emmener dans l’éternité. Elle se trouve dans le Palais Royal, et tend sa main ouverte, un diamant brillant dans la paume.
 
Pour le présent, il y a le Roi lui-même, regardé comme le Seigneur de la Vie, le représentant d’Indra sur Terre...
 
Le passé renvoie aux hommes-serpents, ou Nâgas, qui sont les seigneurs occultes du pays. Ils ne renvoient pas à un paradis perdu dont on serait nostalgique: le jardin enchanté des Nâgas, aussi beau soit-il, ne peut rivaliser en splendeur avec le cercle divin d’Indra. Les hommes n’ont d’ailleurs pas vécu au pays des Nâgas; ils leur étaient seulement liés par les sages, qui s’unissaient à eux et pouvaient communiquer avec eux. Ils sont comparables aux génies, aux fées, aux demi-dieux.
 
La spiritualité au Cambodge oriente d’abord vers la lumière divine. Cela tend à dépersonnaliser l’individu. Seul le Roi, qui descend des Nâgas et représente Indra, est une personne à part entière. Le peuple est éclairé par sa sagesse, mais il lui reste soumis. Seuls quelques élus furent à l’aube des temps liés aux dieux de la Terre, aux Nâgas: ce ne fut pas le lot commun, comme le symbole d’Adam et Ève, ancêtres de tous les hommes, le figure dans le christianisme et le judaïsme: car ils fréquentaient Dieu. Cela dit, l’ancienne noblesse, en Occident, disait aussi être issue de façon toute spéciale de divinités terrestres. Le christianisme a tendu à le nier.

10:06 Publié dans Thaïs & Khmers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.