06/08/2013

Degolio XXI: la fosse noire

Deep Dark Water.jpgDans le dernier épisode de cette intrigante série, j’ai laissé le héros Solcum, génie lunaire ayant pris forme humaine, sur la cime de l’Alcudine, en Corse, là où l’horrible Fantômas lui avait dit, en langage occulte, avoir une base. Or, dès qu’il se fut posé sur ce plateau qui couronnait la célèbre montagne de l’Alta Rocca, le héros vit une trappe s’ouvrir dans la roche grise; un être étrange en sortit.
 
Il portait une grande cape noire, lui recouvrant tout le corps, et un masque cuivré se tenait à la place de son visage. On ne distinguait pas ses membres, comme si sa robe n’était qu’une obscurité rendue visible par l’art du diable. Et d’une voix qui semblait venir de loin, d’un trou profond, il dit: Vaillant Solcum, je suis là! Viens me chercher! Puis il disparut dans la trappe en faisant entendre un ricanement sinistre.
 
01 PAINTING BY DON MAITZ FOR STANISLAW LEM'S THE TEST.jpgSolcum se transporta au bord de la sorte de puits creusé dans le roc: il était resté béant. Il y plongea le regard, mais même à ses yeux d’immortel, étrangement, les ténèbres demeurèrent complètes. Une malfaisance inouïe semblait habiter les profondeurs. L’obscurité était palpable, et remplie d’une tension qu’on ne saurait décrire. Une épouvante assurément y respirait, s’y mouvait. Une puanteur immonde bientôt monta à ses narines.
 
Puis il distingua, au fond de la fosse, de vagues lueurs rouges.
 
Malgré lui, le cœur du spectre se serra: il avait connu le fond de l’Abîme, au temps jadis: ce qu’on appelle l’Orc. Et voici qu’il le retrouvait. Des souvenirs effroyables resurgirent à sa mémoire. Un voile d’ombre se posa sur ses yeux; un  poids s’abattit sur son front. Lui qui avait traversé les espaces, sondé les nébuleuses, pénétré les gouffres, parcouru les galaxies, tutoyé les anges, - il tremblait, face à l’horreur tapie devant lui! Il devinait qu’il était face à un péril immense.
 
Car dans l’abîme de la Terre, au sein de l’Orc, fut enseveli jadis le plus puissant des Titans hostiles aux dieux!
 
Il était cependant prêt à l’affrontement sanglant. Ne s’était-il pas, autrefois, dressé contre son propre prince, lorsqu’il était passé du côté du mal? Or, il était d’un rang grandiose aussi! Solcum avait failli y laisser la vie; mais il s’en était sorti. Il avait vaincu l’adversité. Cette fois encore il saurait demeurer l’âme ferme. Face au danger, se surpasser!
 
Soudain, il entendit un ricanement ou étouffé, semblant jaillir de ces profondeurs noires. Il descendit, sans bruit, se suspendant dans l’air par le pouvoir de son bâton.
 
Il entendit un sifflement; une sorte de lance crochue et articulée se jeta sur lui - dont il n’avait eu aucune prescience, comme si ses pouvoirs s’étaient éteints, au sein de ce trou ignoble! Il n’eut que le temps de se jeter en arrière, afin d’amortir le coup - qu’il ne put, néanmoins, éviter, et qui l’envoya à green-lantern-photo-7.jpgplusieurs mètres et le fit s’écraser violemment contre la paroi de la montagne.
 
Sonné, il se laissa choir doucement le long de la roche creusée de l’intérieur - le temps de reprendre ses esprits. Puis, il ordonna à l'émeraude polie qui ornait le bout supérieur de son bâton de faire luire son cœur, comme il en avait le pouvoir, afin de diffuser une lumière suffisante pour qu'il distinguât ce qui se tenait sous lui. Le joyau, qui contenait un esprit venu des astres, et ayant sa volonté propre, s'exécuta. Dans la clarté verte, Solcum alors vit une chose qui le terrifia. Néanmoins, ce dont il s’agit ne pourra être dit que dans un prochain épisode.

07:04 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.