12/08/2013

Héritages de la Savoie ancienne

Bienheureux Amédée IX de Savoie. 008.jpgJ’ai déjà dit qu’à mes yeux, en Savoie, on encourageait, dans la vie culturelle, l’imagination, mais dans le respect de la grille doctrinale catholique, conformément à ce qu’avait recommandé François de Sales, qui pensait que cela aidait l’âme à se porter vers la divinité. Cela a eu un rôle certain, je crois, dans l’art baroque local. Or, comme le catholicisme intégrait le culte du prince, cela a amené le duc Amédée IX à être vénéré en profondeur après sa mort: sa statue se voit souvent dans les églises, où on l’appelait saint, bien que Rome ne le dît que bienheureux. La glorification de la dynastie entrait dans la mythologie autorisée et même promue, et Jacques Replat, en l’adaptant au goût romantique, demeurait dans la ligne propre au Duché. Du reste, il évoquait également les prêtres doués de pouvoirs magiques - de la faculté de commander aux éléments. Son orientation folklorique et plus populaire qu’au temps de François de Sales ne changeait pas fondamentalement la tradition.
 
La perspective française est différente. L’imagination étant regardée dès l’origine avec méfiance par le classicisme, même quand elle se conformait à la doctrine officielle, il est apparu, pour les poètes romantiques, que l’affranchir revenait aussi à se délivrer de la religion instituée. C’est particulièrement clair chez Victor Hugo: son évolution politique tout entière peut s’expliquer de cette façon. Chateaubriand,_1828.jpgChateaubriand, sous l’Empire, libérait dans le sens chrétien la poésie; mais après la Restauration, l’imagination libre devenait hostile à l’Église romaine. Celle-ci n’avait utilisé le romantisme qu’autant qu’il servait ses intérêts, à une époque où elle était marginalisée par l’État; une fois rentrée dans le cercle du gouvernement, elle a cherché à imposer de nouveau le classicisme. En France, l’exercice du gouvernement et la libre imagination ont toujours été regardés comme incompatibles.
 
Le scientisme moderne, naturellement, devait achever de tirer la Savoie vers la France. On ne peut pas dire, de fait, que le rationalisme à la française n’ait pas eu chez les Allobroges des sympathisants: il y eut des ingénieurs, des mathématiciens. De surcroît, les Savoyards aspiraient à une vie économique plus dynamique. Ils regardaient vers les cités qui de ce point de vue étaient plus avancées que les leurs: Turin, Genève, Paris partageaient leurs vœux. Ils ne concevaient pas tellement de pouvoir continuer à vivre seuls dans un duché d’héritage médiéval, constitué de paysans, de prêtres et de magistrats.
 
Après le rattachement à la France en plein essor industriel, la sensibilité a pris de nouveaux chemins. Dans l’éducation nationalisée que dirigeait Paris, le rationalisme était de mise. La culture propre à l’ancienne Savoie devait disparaître. Même les catholiques délaissaient peu à peu l’héritage de François de Sales pour entrer dans des pensées plus globalement françaises. L’imagination libre est restée liée au folklore, Broceliande_sm.jpgd’une part, et, d’autre part, a emprunté les chemins de la science-fiction, qui en quelque sorte projetait le rationalisme scientifique hors de ses propres limites, en divinisant les machines, en les assimilant à des objets magiques, quasi sacrés. L’originalité de la Savoie s’est estompée. Qu’elle ait, comme la Bretagne, eu davantage comme références le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde que la république de Sparte ou d’Athènes, a pu favoriser une imagination latente, à l’époque moderne; mais on ne peut pas dire que la littérature ancienne ait réellement eu des héritiers. C’est à cause de cela que j’ai voulu, dans mon livre sur la Littérature du duché de Savoie, m’arrêter à 1860.
 
Je pense néanmoins que cette culture aujourd’hui oubliée peut encore apporter beaucoup, car il manque souvent, aux images fantastiques de notre temps, une perspective qui aille réellement vers l’infini, le mystère. On demeure fréquemment dans une fantaisie un peu gratuite. C’est pourquoi j’ai tenu à faire ce livre!

09:26 Publié dans Savoie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.