20/08/2013

Degolio XXII: la Grande Veuve

poison_spider_by_hunqwert-d4xn84e.jpgDans le dernier épisode de cette série faite pour inspirer de la crainte aux plus braves, nous avons raconté comment le docteur Solcum s’était retrouvé dans un gouffre, sous la montagne de l’Alcudine, en Corse, face à une présence terrifiante, qu’il chercha à reconnaître en faisant de la lumière à partir du pommeau d'émeraude de son bâton magique.
 
Il reconnut sans tarder de quelle bête il s’agissait. Son corps noir et luisant, traversé de quatre rangées de taches rouges et muni de huit pattes longues et pareilles à de l’acier, sa face hideuse, rien de ce qu’il percevait ne lui laissait de doute - et il murmura le nom qu’avaient donné à cet être les hommes: Latrodecte malmignatte… La Veuve noire…
 
Cependant, de cette race venimeuse, celle-ci était la mère! Gigantesque, elle emplissait tout l’intérieur de la montagne - tache obscure dans la pénombre, puits d’obscurité absolue dans la lueur bleue que diffusait le bâton du spectre céleste. Elle semblait s’être matérialisée en épaississant les ténèbres. Elle était née d’une larme de colère de Dieu tombée dans le giron de l’abîme!
 
Au fond d’insondables gouffres, elle avait attendu son heure - et, à présent, elle était venue!
 
a6caea520dae47daa3587e7d50f563c5.jpgFantômas l’avait libérée des chaînes dans lesquelles elle avait été placée au-dessous de la Grande Enclume.
 
En vérité, elle était plus ancienne que la Terre même, et un héros l’avait rejetée dans l’Orc au sein d’une époque fabuleuse. Mais voici qu’un sorcier méchant l’en avait arrachée! À présent le vaillant Docteur Solcum se devait de l’affronter.
 
Or la connaissait-il bien. Son nom véritable, dans la langue occulte des mages, était Dicaliudh.
 
Les mortels l’avaient oublié, mais on la disait veuve parce que son époux, encore pire qu’elle, avait été tué et dissous par les dieux à l’aube des temps; son cadavre avait fourni la matière de plusieurs montagnes.
 
Cependant, Solcum, au sein de son effroi et de sa surprise, sentit monter sa colère: il haïssait l’infamie qui avait conduit Fantômas à briser, par son art magique, les liens qui avaient maintenu l’ignoble Veuve dans ses profondeurs!
 
Il jura alors de remettre cette géante dans son puits immonde et de lui en interdire à jamais la sortie.
 
Il se jeta sur elle, et lui asséna un coup terrible de son espèce de sceptre. Des étincelles jaillirent. Mais giant_spider_nest_by_victorelessar-d64w63u.jpgDicaliudh ne broncha pas: les éclairs mêmes qui coururent aussitôt le long de son corps ne parurent lui faire aucun mal. 
 
Elle siffla, et Solcum crut distinguer des injures effroyables, des menaces atroces; puis elle lança vers lui sa mâchoire qui suintait de pus et de pestilence. Le héros faillit être distrait par l’haleine effroyable du monstre, dans laquelle nul mortel n’eût pu respirer sans mourir - mais, au dernier moment, il parvint à se dématérialiser et à se placer derrière la tête informe de l’araignée immense. De nouveau il abattit son bâton magique, mais en se servant cette fois de l'émeraude qui luisait au bout, et en lâchant toute l’énergie dont il vibrait, et qui venait des étoiles!
 
Un aveuglant éclair vert en surgit - flux d'énergie puissant et concentré qui violemment atteignit le monstre à la tête.
 
Ce qu’il advint alors ne pourra néanmoins être dit qu’une fois prochaine.

09:23 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.