13/10/2013

Imaginations du Soleil par Bernardin de Saint-Pierre (III)

097_max.jpgOutre l’ensemble des planètes connues du système solaire, Bernardin de Saint-Pierre osa imaginer ce qu’est la vie sur le Soleil.
 
L’astre du jour est pour lui le lieu des idées platoniciennes, le monde dont le reste n’est que la copie, l’ombre. Loin d’être une boule de feu, comme on le croit, il est entièrement en or - le plus lourd, le plus dense des métaux. Sa lumière même n’est que de l’or volatile, une vapeur. Elle ajoute du poids à tout ce qu’elle touche et l’or terrestre n’a pas d’autre origine.
 
Dans ses montagnes et ses vallées, le Soleil a les plus belles formes du monde. D’immenses horizons sont hérissés d’Alpes gigantesques, baignées de clarté, et leurs rochers sont de flamboyantes pierres précieuses. Les rivières sont de vin, de liqueur, et tout silence est un repos, tout bruit une mélodie, toute odeur un parfum.
 
Les noms des différents lieux du Soleil, s’ils existaient, seraient la poésie même, étant ceux auxquels jerusalem-celeste.jpgtous les cœurs aspirent sans jamais pouvoir les trouver sur Terre. Là est la jeunesse éternelle, l’amour suprême, l’extase absolue, la vie parfaite! De cet astre coule toute l’intelligence des hommes, et lorsque Jean-Jacques Rousseau, au seuil de sa vie, a senti l’astre l’appeler, ce fut une inspiration vraie. Car les Champs-Élysées des Anciens ne sont rien d’autre que le pressentiment de l’existence idéale que les êtres mènent sur le Soleil!
 
Depuis cette grande boule d’or, du reste, l’ensemble des planètes est visible dans leurs évolutions, leurs cycles, et distinctes dans les moindres détails sans instrument, parce que l’œil formé dans ce centre cosmique étant parfait lui-même, il perce chaque secret, franchit tous les espaces. Ses habitants voient donc tout ce qui se passe dans leur ciel, y compris les faits et gestes des Terriens. Le séjour du Soleil, étant celui de la lumière, est aussi celui de la vérité!
 
Bernardin de Saint-Pierre, avec le Soleil, renoue avec la mythologie… Il n’est pas sans rappeler Cyrano de Bergerac. Il dit, comme lui, que les âmes grandioses sont allées habiter après leur départ de la Terre sur l’astre jaune - et énumère Orphée, Socrate, Confucius, Platon, Épictète, Fénelon, ecoledathenesraphaelitalie1511.jpgRousseau! On se souvient que Cyrano y plaçait aussi Descartes: elle est la planète de ces esprits sublimes qui ont touché à l’intelligence pure… Ils sont naturellement attirés par elle, une fois leur corps terrestre privé de vie: s’étant imprégnés par sa lumière, ayant tiré leurs pensées de sa clarté, ils la rejoignent sans encombre après leur mort. D’ailleurs, la vie, elle-même, n’est, pour Bernardin, qu’un prêt du Soleil.
 
Ses visions ne manquent en somme pas d’une certaine grandeur. Il entre volontiers dans la sphère du spirituel, par-delà ses fantasmes sur les éléments physiques des corps célestes. Il illustre l’idée que l’exploration de l’espace intersidéral confine toujours au mythe, au-delà de la prétention à la conjecture rationnelle - ce qu’on retrouvera constamment dans la science-fiction.

08:44 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Il est toujours passionnant d'accéder à ces mondes imaginaires conçus par des visionnaires. d'après quelles sources historiques Platon a-t-il imaginé l'Atlantide qu'il a décrite de manière assez détaillée dans le Timée et Critias ?
"L'océan Atlantique était navigable en ce temps-là ; car, face au détroit que vous autres Grecs appelez "les colonnes d'Héraklès" s'étendait une île plus vaste que la Libye du Nord et l'Asie réunies ; de là, il était possible aux voyageurs de gagner les autres îles, puis de ces îles la totalité du continent qui, de l'autre côté, entoure l'océan.Là-bas s'étend un océan véritable, et la terre qui l'entoure peut être appelée continent au plein sens du terme."
L'origine du récit de l'Atlantide avait été relaté par Solon, ancien sage et repris par Platon, engloutissement mis en doute par Aristote.

Écrit par : djemâa | 13/10/2013

Et du coup par l'ensemble des philosophes occidentaux, qui ont suivi Aristote. L'Atlantide, aurait, ou a peut-être dit Bernardin de Saint-Pierre, un morceau du soleil déposé au coeur de la mer?

Écrit par : Rémi Mogenet | 13/10/2013

Les commentaires sont fermés.