23/10/2013

Degolio XXVI: les desseins de Cyrnos

Chasseurs.jpgDans le dernier épisode de cette bizarre série, nous avons tâché d’expliquer comment Captain Corsica, fils d’un ogre et d’une nymphe, s’était impliqué dans les affaires des mortels, se mêlant de les sauver des maux qui les opprimaient. Son père lui-même lui en avait confié la mission!
 
Il l’initia aux arts magiques, et lui fit forger une arme. 
 
Il faut savoir que Captain Corsica était venu à lui avec un fusil de chasse à un coup, que lui avait donné le mari de la femme qui l’avait nourri et qu’il avait longtemps pris pour son père, du temps où il s’appelait encore Pierre Toccoli - nom qu’il conserva lorsqu’il se mêla aux hommes sous l’apparence d’un agent immobilier ordinaire. Car il ne serait pas parti à la recherche du château secret de son père sans moyen de se défendre contre les bandits et les bêtes sauvages. Cyrnos lui prit cette carabine et la confia aux nains de la montagne. Et ils la lui rendirent transfigurée!
 
Elle étincelait, comme refaite en argent lamé d’or, et les joyaux qui la sertissaient jetaient autour d’eux des feux étranges, rayonnant jusque dans l’obscurité! En particulier, ils s’allumaient en présence d’un monstre des profondeurs, d’un être maléfique. Le pouvoir du fusil alors se déchaînait: l’esprit qui était en lui s’éveillait, prêt au combat!
 
Cela explique que, dans la grotte de Fantômas, il ait brillé d’un puissant éclat.
 
Or, Docteur Solcum n’avait pas été le seul à reconnaître ce divin héros: Fantômas fut aussi dans ce cas. Il avait déjà eu maille à partir avec lui! Captain Corsica l’avait chassé du mont Cinto, où i6a00d8341c6c1753ef017ee42ac9b0970d.jpgl avait prétendu installer sa base. Il avait éprouvé la puissance de son fusil aux mille merveilles! Et il était parti se cacher dans le mont Incudine, où il se trouvait désormais.
 
Sans dire un mot, et plus vite qu’on ne saurait le redire, le gardien secret de la Corse épaula, visa et tira dans l’œil du monstre, lequel éclata, comme frappé par un foudre! Un affreux gémissement jaillit de la gueule immonde…
 
Ivre de colère, Dicaliudh tenta de s’en prendre au héros, et, dans sa fureur, il oublia Solcum, qu’il lâcha, alors qu’il était toujours pris dans ses liens. Il lança sa patte droite, mais, à ce moment, le fier guerrier de l’île de Beauté, d’une bague qu’il tenait au doigt majeur de sa main gauche, fit jaillir deux rayons bleus: ils partaient de deux protubérances en forme de pommes qui symbolisaient les seins de sainte Julie de Nonza!
 
La patte noire fut comme saisie dans du feu, et commença à se dissoudre, comme si les rayons étaient de l’acide pur, une eau dissolvante qui guérissait de tous les maux en supprimant les démons, les monstres, le mal!
 
Mais la suite de cette histoire ne pourra être dite qu’une fois prochaine.

09:43 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.