06/11/2013

Olaf Stapledon et les hommes-arbres

J’ai déjà évoqué l’impressionnant ouvrage d’Olaf Stapledon Star Maker. Si on poursuit plus avant l’exploration de l’univers à laquelle s’adonne son narrateur sorti de son corps et uni à d’autres âmes d’élite, on découvre, parmi plusieurs, une planète remarquable parce qu’elle donne l’exemple d’une espears_dota_2_enchantress_ents_treant_protector_1440x900_35949.jpgspèce végétale qui a connu l’humanité sans passer par le stade animal: Stapledon entend par là la conscience de soi et la faculté de penser.
 
On se souvient peut-être des Ents de J. R. R. Tolkien, arbres éveillés à la conscience par les Elfes, sortes de dieux vivant sur Terre. Les arbres pensants de Stapledon sont parvenus au même stade par l’évolution naturelle qui fait fleurir l’esprit dans la création; à leur sujet, il n’est pas question d’anges, ou d’intermédiaires qu’on puisse cerner. Mais une poussée divine n’en existe pas moins, et le résultat est identique: les arbres développent des organes sensoriels, et apprennent à se créer des membres - à partir de leurs racines pour se déplacer, à partir de leurs branches pour travailler.
 
Si les Ents, néanmoins, disparaissaient parce que leurs femmes s’étaient enfuies - symbole probable de l'âme se dissipant dans l'air -, il n’en est pas ainsi des arbres doués de conscience de Stapledon, qui renvoient d'une façon plus satirique à l’histoire de la civilisation humaine sur Terre; car c'est en s’industrialisant, en se dotant d’outils permettant de mieux vivre et de s’arracher à leur milieu naturel, qu'ils ont peu à peu perdu leur ancienne vigueur, la nourriture de synthèse ne pouvant remplacer celle qu’ils arrachaient du sol en y plongeant leurs racines. De surcroît, ils ont trouvé le moyen de ne plus dormir, ou de dormir n’importe quand, et se sont privés ainsi des forces propres au sommeil diurne qu’ils pratiquaient. Alors, en eent1.jpgffet, ils communiaient par le biais de leur soleil avec l’univers entier, vivant une véritable expérience mystique qui bientôt leur sera enlevée, les plongeant dans une sorte de désespoir.
 
S’apercevant de l’erreur qu’ils faisaient en s’en remettant au seul artifice de l’intelligence, ils ont opéré un brusque retour vers leur ancien état. Mais si corrompues, dit Stapledon, étaient désormais leurs conceptions, qu’ils ne savaient plus comment conserver un juste milieu, et qu’ils ont laissé leur conscience se dissoudre dans les cycles cosmiques dont leur vie naturelle dépendait. Or, ce faisant, ils n’ont pas pu s’adapter aux changements de la planète, dont les ressources s’épuisaient, et ils ont disparu, laissant le soin au Créateur de poursuivre ailleurs l’expérience de la Vie, ou de la Conscience.
 
Un tableau pessimiste, peut-être, parce qu’il tend à opposer l’esprit absolu du Créateur à celui des êtres qu’il conçoit, dont l’éternité n’est qu’en Lui. Notre auteur, néanmoins, l’affirme, il existe un stade au sein duquel la vie collective et la vie individuelle ne font plus qu’une: l’Esprit dans sa pureté les unit!
 
Il est donc possible de se remémorer spirituellement le stade au sein duquel la conscience s’est déposée dans le végétal; Tolkien en a parlé, Stapledon aussi! Deux génies d’une égale force.

09:26 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.