16/11/2013

Les visions de Jean Reynaud

REYNAUD_Med.jpgJean Reynaud était un romantique visionnaire français, d’origine lyonnaise, vivant au dix-neuvième siècle. Il a écrit un traité appelé Terre et Ciel, dans lequel il affirmait que les astres reflétaient des états moraux. L’être humain, après la mort, se rendait sur tel ou tel, selon ce qu’il avait fait durant sa vie, et puis poursuivait son chemin de cette façon, vers des hauteurs toujours plus sublimes. Les anges existaient: il s’agissait soit d’extraterrestres placés sur des astres plus élevés, spirituellement, que la Terre, soit d’êtres humains devenus semblables à eux: on parlait alors de saints du Ciel. Ces êtres supérieurs mouraient et renaissaient d’une manière bien plus fluide que les simples mortels…
 
Il évoquait, ainsi, au sein de ces énormes rassemblements d’étoiles que nous découvrons dans les lointains du ciel, des êtres acquérant de leur vivant, par l’exercice même de leurs vertus, des organes d’une nature plus relevée, à l’aide desquels, sans perdre un instant conscience d’eux-mêmes, ils se transporteraient successivement, avec d’inexprimables ravissements, en compagnie de leurs amis, d’une résidence à une résidence meilleure. Je les vois comme dans la légende d’Élie, s’enlevant glorieusement sur des chars de feu, aux yeux de la multitude animée par leur exemple, et enthousiasmée par l’espérance de les suivre bientôt. L’effet eREYNAUD_CrtPst.jpgssentiel de la mort, qui est le départ d’un monde pour un autre, ne cesserait pas de se produire, mais (…) il changerait absolument de caractère, et le jour du trépas, au lieu d’être comme ici-bas un jour de deuil, deviendrait pour tous un jour de fête.
 
Un tableau qui essaie de concilier les visions de la science moderne et celles des religions anciennes…
 
Les mondes planétaires peuvent aussi être des lieux d’expiation, où se trouvent des assemblages de monstres de toute espèce, nature hostile, corps infirmes et hideux, crimes, blasphèmes, tortures, désespoirs; toute misère est admissible, pourvu que la mort n’y manque pas, car c’est elle qui sauve tout, en ouvrant, au temps voulu, la porte qui, des quartiers les plus désolés du labyrinthe pénitentiaire, conduit à des quartiers meilleurs. On s’incarne dans ces mondes horribles le temps de se purifier de ses imperfections! Un ordre moral caché habite l’univers tout entier…
 
Aux êtres qui se sont, peu ou prou, arrachés aux conditions matérielles de l’existence, on peut s’unir intérieurement: cela aide à évoluer vers le sommet, auquel on tend sans jamais pouvoir le rejoindre. Car là est ce qu’on nomme la divinité suprême, si tant est qu’on puisse la nommer sans arrêter la pensée de l’infini dans le fini! On communie avec elle par l’intermédiaire de ces anges, avec lesquels nous pouvons entrer en correspondance réelle, affirme Reynaud, et pas seulement en imagination, même si l’image porte vers eux l'âme qu'elle enflamme...
 
Reynaud eut une probable influence sur Victor Hugo.

09:00 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.