08/12/2013

L’état de l’instruction en France

Tableau-résultats-PISA-2006.pngSelon un classement international, la France a encore rétrogradé pour ses résultats scolaires. La part d’élèves particulièrement mauvais ne fait qu’augmenter.
 
L’enseignement y est à mon avis trop élitiste: il se fonde entièrement sur l’instruction intellectuelle des masses, et c’est une erreur, car l’être humain doit pour moi être éduqué sur trois plans différents: intellectuel, émotionnel, corporel. L’éducation morale ne se rattache pas notamment à l’intellect, comme on le croit souvent, mais au sentiment; l’éducation manuelle se rapporte bien sûr au corporel.
 
L’orientation scientiste de l’éducation profite en réalité aux élites dont l’intellectualisme est une seconde nature. Il est en effet faux que l’intellect soit la fleur de l’humanité et que tout progrès spirituel doive y tendre. C’est l’héritage de la philosophie des Lumières; mais elle a une vue biaisée de l’être humain.
 
Certes, l’équilibre intérieur ne s’obtient pas si l’intelligence ne se développe pas: c’est entendu; mais cela ne suffit pas du tout. Car le manuel et l’émotionnel doivent également être instruits. Or, cela ne passe pas par l’intellect, mais directement par la pratique pour le premier, et par l’art pour le second - la dimension esthétique, fondée sur les images, les couleurs, les formes, les sons, les rythmes, les harmonies.
 
Cette dimension artistique n’est pas, comme on croit en France, secondaire, bénéfique à l’individu mais inutile à la vie moderne: au contraire, elle est centrale. Elle seule, en effet, est susceptible de créer un pont entre le manuel, ou le corporel, et l’intellectuel. La musique est manuelle, corporelle, elle s’appuie sur les sensations, et en même temps elle porte vers un ciel intellectuel; la poésie, de même; et la peinture, encore. Ce qui est purement intellectuel est détaché du corporel, ce qui est purement corporel est détaché de l’intellectuel.
 
Pour les enfants de sept à quatorze ans, la situation est extrêmement grave: la justification du classement de la France le dit. Il en est ainsi parce qu’à cet âge précisément il est rare que l’âme aPISA-OCDE1-300x280.jpgccède à une vie intellectuelle au sens propre; toujours cela passe par la dimension émotionnelle, c’est-à-dire par l’art. L’intellectualisme ne fonctionne qu’avec la minorité qui y est accoutumée par l’héritage familial - dont les parents parlent un lange d’emblée intellectuel. Cela explique la fixité sociale. On ne donne pas aux enfants une chance égale parce qu’on ne s’adresse pas à leur cœur, qui est la seule partie réellement égale chez tous les êtres humains.
 
Du reste, il est dangereux pour tout le monde de s’adresser d’abord à l’intellect, car chez les enfants cela rend les idées figées; c’est aussi ce qui crée le dogmatisme à l’âge adulte: on a voulu théoriser trop tôt, et l’esprit s’est enfermé dans des vérités toutes faites.
 
Il faut donc changer à mes yeux de point de vue, dans l’éducation: s’appuyer davantage sur le romantisme, moins sur le rationalisme.

08:28 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

"Pour les enfants de sept à quatorze ans, la situation est extrêmement grave"
Rien ne peut, semble-t-il entraver la marche due "progrès" marchand.
Exmples:
1. Depuis des années le pédiatres et autres médecins spécialistes du sommeil font remarquer que les adolescents un un déficit chronique de sommeil parce que leur horloge interne se décale à cet âge et qu'ils s'endorment d'au moins une heure plus tard en moyenne. Rien n'a jamais été fait pour remédier à cette situation, par tradition probablement.
2. Une étude publiée dans New Science d'il y a une ou deux semaines montre qu'en Angleterre, qui a introduit l'école obligatoire des 4 ans, aucun progrès ne peut être constaté par rapport aux pays où les études formelles ne commencent qu'à 7 ans, comme la Finlande. Un effet contraire est même constaté.
Qui et en fonction de quoi l'horaire des écoliers est donc fixé, si ce n'est par pure tradition et pour plaire aux soi-disant exigences du monde du travail?

Écrit par : Mère-Grand | 08/12/2013

Oui, et la Finlande en plus fait pratiquer la musique à tous les élèves, or par la musique on peut apprendre à compter et aussi mesurer concrètement les ondes sonores, qu'on peut étudier en physique, on peut aussi apprendre à lire, déjà les partitions.

Cela dit, la Grande-Bretagne reste mieux classée que la France.

En outre, l'Allemagne est assez libérale et ne fait pas commencer très tôt l'école non plus. Le monde du travail a aussi dans chaque pays ses idées préconçues. En Altemagne on oriente rapidement les élèves peu aptes aux études intellectuelles vers l'apprentissage professionnel. Les résultats n'en sont pas moins meilleurs qu'en France.

La France est un pays où on fait aveuglément confiance à l'Etat et où l'intellectualisme universel est un dogme. Les salaires dépendent souvent du degré d'intellectualisme, indépendamment de la loi de la concurrence qui pourrait accroître les salaires de certains emplois manuels, s'il venait à en manquer. Pour moi, en fait, c'est l'Etat qui veut mettre les enfants très tôt à l'école à cause de son désir d'intégration, c'est à dire de soumission des enfants (en particulier d'origine étrangère ou issus de classes défavorisées) au moule social imposé par l'Etat. Or, dans les faits, loin de les intégrer, cela les met en situation d'échec très tôt, cela les culpabilise et les marginalise. L'obsession sociale de la France en est la cause, pour moi. Les fonctionnaires sont investis de la mission d'imposer une forme prédéterminée, au lieu d'accompagner et de favoriser les formes qui émanent des élèves eux-mêmes, au lieu de chercher à les aider à parvenir à la maturation. Ils sont stigmatisés d'emblée parce qu'ils ne correspondent pas à un modèle fondé sur l'intellectualisme que les Français croient universel et qui en réalité est de plus en plus rare. Ensuite, donc, ils ne réussissent plus, ne travaillent plus, n'ont plus de motivation.

Cela dit, ce modèle imposé par l'Etat renvoie certainement au modèle intellectuel élitiste exigé non pas par l'ensemble du monde économique - je ne crois pas -, mais par les grosses entreprises nationales, au sommet desquelles se rassemblent en France les élites.

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/12/2013

L'ensemble de l'article auquel j'ai fait allusion se trouve sous le titre
"Too much, too young: Should schooling start at age 7?"
dans Wiwipédia. Merci

Écrit par : Mère-Grand | 08/12/2013

De rien. Mais à mon avis en France on suit depuis longtemps à cet égard le modèle de la république de Sparte, qui était un peu communiste, et dont Rousseau faisait l'éloge; or il a beaucoup inspiré les idéologues de la Révolution, les fondateurs de la pédagogie en France. Les enfants y étaient mis très tôt à l'école afin qu'ils regardent la Cité ou l'Etat comme plus important que leurs parents. Après, sur le plan économique, cela dépend si on est face à des entreprises familiales, ou face à des entreprises qui sont des sortes de collectivités anonymes, voire, justement, d'Etat.

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/12/2013

Les commentaires sont fermés.