20/12/2013

Degolio XXIX: les Cybernanthropes du Spectre

996693_10152024343177420_616359949_n.jpgDans le précédent épisode de cette extravagante série, nous avons laissé le Génie d’or (Docteur Solcum) au moment où il venait de recevoir un coup puissant de son ennemi, Fantômas.
 
Or, celui-ci jadis n’avait été jadis qu’un homme; mais, voué aux puissances de l’abîme, il avait acquis la science qui lui permettait dorénavant d’être pour le moins aussi puissant que les génies: il pouvait désormais affronter Solcum sans crainte!
 
Pendant néanmoins qu’il s’occupait de le meurtrir, Captain Corsica, de son côté, se remettait de la terrible attaque subie par lui-même, et, bientôt, il put le viser de son fusil ravageur - rechargé par le flux des énergies cosmiques, lesquelles il pouvait capter, concentrer, et projeter en rafales. Or se nommait-il Orcïnder, comme revenant à dire foudre furieuse en langage ogre; un esprit l’habitait, placé en lui par Cyrnos et ses nains ouvriers.
 
Le héros tira, et l’être qui était dedans cracha son feu, puisé à celui des astres!
 
Le monstre parvint à l’éviter - si rapide était-il -, et l’éclair ne fit que raser son manteau. Mais des étincelles qui s’en détachaient atteignirent le tissu, et l’enflammèrent.
 
Fantômas s’en débarrassa, le jeta, et les deux héros virent en leur ennemi un corps absolument noir, mais comme tenu par des fils blancs, en réseau. Cependant, dans ses mouvements, ses membres 480359_10151455058498598_1685915935_n.jpgsemblaient se déformer, comme s’ils n’étaient faits que de fumée: étrange chose!
 
Or, se voyant face à ces êtres puissants, il s’exclama: Vous croyez que vous allez m’avoir! Hé bien, amusez-vous! Et, d’un cri qui s’acheva en un grand ricanement, il fit surgir d’un recoin sombre de son affreuse caverne des hommes semblables à ceux que Solcum avait combattus dans l’avion, mais plus mécanisés encore: ils étaient des sortes de robots, d’hommes auxquels on avait adjoint du métal et du plastique - et leur sauvagerie était inouïe, car ils avaient comme perdu leur âme!
 
Un ordinateur avait été intégré à leur cerveau pour commander aux mécanismes insérés dans leurs membres; parfaitement coordonnés entre eux, et comme dirigés par une seule conscience, ils étaient pareils aux doigts d’une main - dont ils avaient le nombre. Aussi les appelait-on les Cinq Cybernanthropes du Spectre!
 
L’appel soudain du démon n’avait, du reste, pas éveillé leur esprit - car ils n’en avaient plus, à proprement parler -, il ne leur avait pas donné un ordre au sens commun du terme, qu’ils eussent été libres de suivre ou non: il avait plutôt déclenché un mécanisme sensible au timbre de sa voix et à certains sons qu’il était le seul à connaître. Alors, spontanément, et pareils à des automates, ils étaient sortis de niches dans lesquelles ils s’étaient tenus jusque-là cachés, immobiles. Si on s’était approché, on aurait pu les voir debout, tels des statues, ou d’obscures sentinelles. Leur entendement, même, ne s’était animé qu’à la faveur de cet appel: sinon, ils étaient comme hors de toute conscience, comme en profond sommeil.
 
Ce qui s’ensuivit néanmoins ne pourra être dit qu’une fois prochaine.

13:42 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.