24/12/2013

Jean Reynaud et son temps

saint-denis-hierarchie-celeste.jpgJ’ai évoqué la figure de Jean Reynaud, qui pensait que les astres étaient répartis dans le ciel selon un ordre moral universel, et que les hommes pouvaient y renaître en monstres ou en anges selon leurs pensées et actions en cette vie. Il établit ainsi une hiérarchie, et affirme qu’on peut communier en esprit avec les êtres sublimes, que l’âme les touche invisiblement.
 
Victor Hugo reprendra cette image de la hiérarchie des êtres dans ses Contemplations. L’existence ne s’arrête pas à la matière, mais continue au-delà, affirme-t-il, pour se perdre à la fin dans la clarté divine:
 
Crois-tu que cette vie énorme, remplissant
De souffles le feuillage et de lueurs la tête,
Qui va du roc à l’arbre et de l’arbre à la bête,
Et de la pierre à toi monte insensiblement,
S’arrête sur l’abîme à l’homme, escarpement?
Non, elle continue, invincible, admirable,
Entre dans l’invisible et dans l’impondérable,
Y disparaît pour toi, chair vile, emplit l’azur
D’un monde éblouissant, miroir du monde obscur,
D’êtres voisins de l’homme et d’autres qui s’éloignent,
D’esprits purs, de voyants dont les splendeurs témoignent,
D’anges faits de rayons comme l’homme d’instincts;
Elle plonge à travers les cieux jamais atteints,
Sublime ascension d’échelles étoilées (…)!
 
Dans le même temps, en Savoie, Marguerite Chevron, inspirée par Lamartine, fit des poèmes sur la hiérarchie des anges et leurs vertus et attributs - mais d’une façon plus conforme et plus fidèle à l’ésotérisme chrétien, plus détaché de la science moderne, qui avait encore peu pénétré le Duché. Maurice Dantand, un peu plus tard, commencera à l’intégrer, tout en restant très catholique. Il se posait comme adorateur du Christ tout en évoquant avec sérieux les vies successives, ainsi que la présence d’hommes sur les autres planètes et des dieux de l’Olympe dans l’espace intersidéral!
 
Lorsqu’il évoquait les peuples extraterrestres, néanmoins, ils étaient en général infâmes, dirigés par de mauvais prêtres, parce que non régénérés par Jésus-Christ. Peut-être avait-il lu Reynaud, car il semble l’imiter; à moins FCLetters_1926 North. lights.jpgqu’il n’ait puisé dans la poésie de Victor Hugo. Tout en demeurant à certains égards classique, ayant pour clairs modèle Ovide et Virgile, il appartenait à la communauté oubliée de ces philosophes romantiques illuminés et auteurs de poèmes en prose - tels Ballanche, Quinet.
 
Henry Bordeaux a parlé de lui et de son Olympe disparu, de son veuvage et de ses filles extrêmement pieuses; c’est un auteur méconnu.
 
(Ce jour invite à ajouter plaisamment que ces strates invisibles des êtres évoquées par Hugo sont certainement le lieu d'habitation permanent de notre sympathique Père Noël - qui, je crois, en descend chaque année pour distiller ses grâces sur les cœurs; je souhaite donc aux lecteurs de ce blog un joyeux Noël.) 

08:52 Publié dans Exploration spatiale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.