25/02/2014

Origines de la science-fiction

product_9782070447855_195x320.jpgEn lisant un écrivain de science-fiction français, j’ai eu un jour une révélation: son style portait la marque claire, à mes yeux, de l’école de Jules Ferry; il semblait être une langue imposée de l’extérieur, une rhétorique d’instituteur, émanée de la Troisième République.
 
La même se voyait à mon sens chez André Malraux. Or, celui-ci était d’origine modeste; il venait de la banlieue de Paris. Songeant aux autres œuvres de science-fiction, le genre me parut soudain être comme lui émané de la banlieue, des faubourgs.
 
Dans sa jeunesse, Malraux s’était adonné au surréalisme et au fantastique, avant d’aborder des genres plus en vogue dans la bourgeoisie, en particulier le roman d’aventures exotiques à portée politique et métaphysique. Mais les auteurs de la science-fiction en général restaient plus populaires, assumaient davantage leur goût pour l’extraordinaire et les machines.
 
En scrutant leurs inventions, il m’est fréquemment apparu, en outre, que, d’un point de vue scientifique réel, elles ne tenaient pas tellement debout, car elles attribuaient à la machine des pouvoirs que les mythologies attribuaient à la divinité: la Vie, l’Espace, le Temps. Mais il me paraissait, à l’inverse, que leurs figures entretenaient d’étroites relations avec le folklore, ou même les vieux mythes - consciemment ou pas. J’ai fait paraître un jour, alors que j’étais tout jeune - en 1992 -, un article sur ces relations dans une revue de science-fiction qui existait alors, Phénix, et qui était belge.
 
La Belgique n’a pas le dogmatisme qu’on observe en France, et mêle la science-fiction au fantastique de façon plutôt indistincte, comme dans le 1469809_10151808066813105_1931176698_n.jpgmonde anglo-saxon. À Paris, on tient davantage à ce que la science-fiction soit dominée par le scientisme et ne doive rien aux mythes! Mais est-ce crédible?
 
Pour moi, il s’agit d’un genre qui faisait persister spontanément le folklore au sein du cadre intellectuel imposé par Jules Ferry. Le scientisme pénétrant jusque dans les campagnes pendant que les paysans s’exilaient aux abords des grandes villes pour devenir ouvriers, a créé ce genre nouveau. Bien loin d’avoir montré que les anges étaient issus d'extraterrestres oubliés, comme il l’a souvent prétendu, il leur a donné leur visage, aux fées celui de femmes du futur ayant appris à voyager dans le temps, aux héros celui de messagers du progrès universel.
 
Quand on regarde les choses de l’extérieur, indépendamment de la croyance qu’on accorde ou non à ces figures, je crois que cela apparaît clairement. La différence radicale qu’on veut instituer entre la science-fiction et le merveilleux traditionnel est pour moi un reste factice de la lutte idéologique entre la philosophie des Lumières et le catholicisme - un reste de l’époque où les camps s’accusaient mutuellement de superstition et d'impiété.

07:51 Publié dans Culture, Littérature & folklore | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Isaac Asimov: anticipation et vulgarisation scientifique: ne lit-on pas en ses romans la création des robots "esclaves" soumis aux hommes peu à peu leurs égaux puis leurs maîtres tels qu'aujourd'hui, on l'annonce, ordinateurs soumis à l'homme, puis l'égalant demain en mesure de se reproduire seuls avant de dominer qui les créa puis domina: l'homme?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/02/2014

Oui, les objets qui se révoltent parce qu'un mauvais esprit les habite, c'est une idée forte. On la trouve dans la légende du Golem. Une maison qui n'est pas bénie et dont les esprits ne sont pas honorés peut aussi devenir hostile à ses habitants: il faut toujours qu'elle soit bénie afin que les matériaux dont elle est faite, tirés de la nature, ne deviennent pas autonomes ou sauvages, ne restent pas dans l'atmosphère de la forêt. C'est en Asie un principe constant. Mais même dans les campagnes en Occident, une maison dont on n'honore pas l'esprit domestique peut devenir violente: les portes claquent, elle est hantée. Ensuite cela peut être appliqué aux machines, cela va de soi.

Écrit par : Rémi Mogenet | 25/02/2014

Les commentaires sont fermés.