23/03/2014

Degolio XXXIV: la fuite de Fantômas

wamxmas.jpgDans le dernier épisode de cette furieuse série, nous avons laissé nos deux héros, le Génie d’or et Captain Corsica, au moment où, ayant abattu trois mécanoïdes ennemis, ils se retrouvèrent face aux deux qui restaient.
 
À ce moment, Fantômas, qui avait voulu assister au combat pour mesurer la puissance de ses machines - et aussi parce qu’il l’espérait suffisante pour vaincre les héros, la lucidité dont il se targuait étant toujours en réalité brouillée par son orgueil -, monta sur une sorte de petite plateforme munie d’un guidon, puis s’éleva dans les airs, se dirigeant vers l’ouverture qu’avait créée Captain Corsica en entrant. Plus que jamais la rage enflammait son cœur.
 
Solcum 6.jpgVoyant cela, le Génie d’or, après avoir évité un missile sorti de la poitrine bombée de F2C, appela à lui son bâton, qui s’arracha du corps de F1C et vint à sa main, comme mû par une volonté propre, et d'un coup rapide il détruisit le missile qui s’était retourné vers lui - car il était doué d’une tête chercheuse, sensible aux mouvements. Il s’ensuivit une explosion dont le souffle le souleva mais ne le blessa pas; au contraire il s’appuya dessus pour bondir plus puissamment sur F2C, et l’abattre d’un coup terrible de son sceptre: l’os crânien du cyborg craqua, sous son enveloppe d’acier.
 
Pendant ce temps, Captain Corsica s’était jeté sur F4C, avait plongé ses doigts immenses dans son plastron, sa puissance lui ayant permis de les enfoncer dans un mince interstice, et avait arraché une large pièce de fer, sous laquelle la peau avait été enlevée, de sorte que les os du malheureux étaient à nu, tout comme ses organes mêlés de circuits, et qu’il hurla avant de s’évanouir, perdant du sang en abondance.
 
Quant au Génie d’or, il était déjà à la poursuite de Fantômas.
 
Or celui-ci se retourna, et fit partir un rayon jaune de sa main gantée: énergie concentrée, il frappa de plein fouet le chevalier céleste, qui en fut violemment repoussé, et qui retomba à terre dans un fracas impressionnant, aussitôt accompagné d'un nuage de poussière.
 
Captain Corsica, qui n’aurait pas eu le temps d’appeler à lui son vaisseau spatial resté suspendu dans les airs, et dont le vol n’était pas assez rapide pour suivre Fantômas, tendant à perdre du poids et de la force, lorsqu’il entrait en lévitation, se précipita pour voir si Solcum n’avait rien; mais il était indemne: sans dommage apparent, il se releva.
 
typhon.jpgLe fourbe nous a échappés, fit-il de sa voix sourde, obscure. - Oui, répondit le bon ange de la Corse; mais j’ai vu, attachés, ligotés, enchaînés à sa machine des sylphes qui l’emportaient dans les airs, et auxquels il commandait par son art noir, qui les jetait dans la douleur lorsqu’ils ne lui obéissaient pas; il n’eût pas été aisé de le suivre longtemps, de toute façon: ces êtres sont d‘une grande puissance, ils commandent au vent même. - Sans doute, répartit le Génie d’or, et du reste, c’eût été inutile; car je sais où il se rend: au cœur de Paris, dont je suis comme le bon ange, ainsi que tu le sais: le gardien tutélaire! Il y a sa base principale, en construction. C'est depuis la capitale de la France qu'il veut conquérir le monde! Ses pensées, à cet égard, me sont apparues, alors que je le combattais: car les corps ne sont pas pour moi un obstacle; les idées s'en exhalent sous forme de vapeurs où souvent  je les distingue.

Je retrouverai donc ce monstre bien assez tôt. Pour l’heure, je dois te remercier de ton intervention, sans laquelle je ne serais à présent qu’un amas informe dans le ventre de la grande aragne!
 
La suite de ce discours ne pourra cependant être donnée qu’une fois prochaine.

08:16 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.