25/05/2014

Degolio XXXVIII: le palais de Cyrnos

DesertPalaceDungeon.pngDans le dernier épisode de cette bizarre série, nous avons laissé nos deux héros, le Génie d’or et Captain Corsica, alors qu’ils entraient dans le palais du roi Cyrnos, père du second, pour lui demander de soigner un cyborg encore en vie.
 
Le Génie d’or n’eut guère le temps d’admirer les lieux, où pourtant mille merveilles se trouvaient: il fallait faire vite. Captain Corsica lui annonça de toute façon qu’il les lui ferait visiter dès qu’ils auraient accompli la tâche qu’ils s’étaient fixée, et dont le pauvre mortel était l’objet. Celui-ci, se voyant dans cet espace étrange, se croyait devenu fou: il pensait rêver. Tout tournait devant ses yeux; il ne distinguait que des couleurs qui se mêlaient. Il se demanda même s’il n’était pas mort, entouré de démons horribles: le visage des deux héros lui apparut grimaçant et ricanant; il se crut perdu.
 
Le long de leur chemin, le Génie d’or put voir des hommes et des femmes jeunes, d’une grande beauté, pleins de grâce, qui les scrutaient; ils semblaient tout savoir d’eux, être déjà au courant de ce qu’ils avaient fait - bien qu’à aucun moment il n’eût vu Captain Corsica les prévenir. Or, pour le mortel, ces êtres étaient tels que des statues dont les yeux bougeaient et étaient ceints d’une flamme A-Kirb-Kin-Devil-Dinosaur-4-Page-23.jpgmaléfique, telles des idoles d’un culte hideux. Tel était, en vérité, l’effet du sortilège jeté sur lui par Fantômas! Même dans ce lieu auguste, sa force demeurait. L’âme infectée du cyborg ne pouvait lui montrer autre chose; entre lui et le réel se tenaient d’effroyables spectres!
 
Les trois hommes parvinrent bientôt auprès de Cyrnos, dont l’air farouche et majestueux s’apaisa et s’éclaira dès qu’il eut entendu son fils lui expliquer la situation. Il appela aussitôt son fameux médecin Tilistal, né comme lui parmi les astres: il l’avait suivi lorsqu’il s’était installé sur Terre, étant son ami de toujours, son conseiller, le sage de sa cour! Il lui commanda de l’emmener dans son hôpital secret, où seuls lui et ses serviteurs directs, des nains, pouvaient entrer: là se déroulaient de profonds mystères.
 
Captain Corsica et le Génie d’or le regardèrent partir; les yeux effrayés du mortel furent rapidement adoucis et fermés par le noble docteur, après qu’il eut prononcé à voix basse des mots de réconfort et aspergé son visage de fines gouttelettes dorées en un geste circulaire étrange. L’homme s’endormit.
 
Ce qu’il advint de lui devra être révélé plus tard; car pour l’heure, disons quelques mots du bon accueil que le Génie d’or reçut du père de son ami, et de l’émerveillement qui fut le sien en découvrant les beautés de son palais, véritable morceau d’astre placé sur Terre - imbriqué dans son étoffe. Tel était l’art des Ogres, en ce temps-là!
 
amethyste-2.jpgLe génie doré de la Liberté, comme on l’appelle aussi, admira la manière dont ce château vivant avait clairement fait fleurir le marbre en faisant sortir de ses profondeurs des pierres précieuses flamboyantes: car on le sait peu, mais le cristal est la fleur de la pierre. Le métal en est le fruit, dont le jus se répand - chargé de graines. Le secret en était parfaitement connu de Cyrnos, qui avait animé le règne minéral de sa voix puissante, de ses charmes insignes, le gouvernant après l’avoir éveillé, et qui avait couvert ses murs de lames d'or, d’argent, et de pierreries qui scintillaient. Pour lui la pierre n’était une plante dont il était le jardinier. Le Génie d’or avait rarement vu maîtriser avec autant d’art ce mystère dit de la Roche.
 
Quant aux autres merveilles du palais du roi caché de Corse, elles ne pourront être révélées qu’une fois prochaine.

10:11 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Merci pour cette plongée dans cet univers féerique qui vaut bien celui des profondeurs abyssales.

Écrit par : djemâa | 25/05/2014

Merci à vous Djemâa!

Écrit par : Rémi Mogenet | 25/05/2014

Les commentaires sont fermés.