21/09/2014

Degolio XLV: dans le ventre du dragon

Dans le dernier épisode de cette épique série, nous avons laissé nos deux héros, Captain Corsica et le Génie d’or, alors que le premier racontait une curieuse histoire du temps passé au second, évoquant un terrible dragon qui avait dévasté les Agriates, en Corse. Nous nous sommes arrêtés au moment où le dragon avait été blessé par un vaillant homme appelé le comte de Saint-Colomban.
 
Mais le dragon ouvrit grand la gueule pour dévorer son ennemi. Or, au fond de sa gorge, une lumière intense se fit voir; elle était rougeoyante, et le Comte fut alors pris d’une idée, qui l’étreignit aussitôt, Cubisme interstellaire.jpginonda tout son être: il bondit, se jetant au fond de ce gosier ardent, et pénétra si vite dans le ventre du monstre qu’il n’eut pas le temps de le mâcher. Car son œsophage était large, et un homme pouvait y passer.
 
Il s’avança, et trouva, au fond, un grand œuf de cristal - qui rayonnait, luisait. À l’intérieur, se tenait une femme d’une beauté inouïe, dépassant celle de tous les rêves; à coup sûr il s’agissait d’une fée, d’une immortelle. Elle y était enfermée; elle le regardait, et ses mains étaient collées contre la paroi. Elle semblait l’inviter à la délivrer, de ses yeux brillants. Il donna plusieurs coups d’épée, et brisa cet œuf.

Une explosion soudaine eut lieu, alors; elle dispersa la chair du dragon, qui en périt, mais dans le même temps, blessa mortellement le Comte. La femme merveilleuse, libérée, se précipita auprès du héros, en s’agenouillant; elle ne put le sauver, mais elle apaisa son âme en le remerciant de ce qu’il avait fait pour elle, et en lui annonçant qu’il serait accueilli au ciel par ses sœurs sublimes, de véritables astres: elles seraient pour lui ses vertus, devenues vivantes! Et il mourut, le cœur serein.

La fée, restée seule, appela mon père Cyrnos; mais celui-ci ne vint pas en personne: il avait le cœur trop meurtri par tout ce qui s’était passé - et il demeura dans son fauteuil d’or. Cependant, même au fond de son chagrin, il avait entendu l’appel de la femme; il murmura quelques mots à son intendant, qui aussitôt donna des ordres.

Une sépulture grandiose fut réalisée pour le comte de Saint-Colomban, et des cérémonies fastueuses, pleines de chants glorieux, dont les élans soutinrent son âme dans son effort de gagner le ciel dans ses profondeurs; et il fut accueilli par des anges au visage de femme, comme on le lui avait annoncé, mais aussi par des guerriers étincelants, qui le placèrent parmi eux, et le déclarèrent saint, de par son sacrifice!

On vit, en vérité, un navire s’élever de son tombeau - soudain devenu un port pour la navigation8911.jpg interstellaire. Il était sur le pont - et riait, ébloui. Et la fée l’accompagnait. Elle guidait la nef vers le ciel - vers un merveilleux château qui s’y dressait, au sein d’une splendide cité! Telles furent en tout cas les visions des sages vieillards d’Ostriconi; ils en firent part.

Depuis, la terre des Agriates a été fuie; elle est restée vide, comme maudite, et même Cyrnos désormais hésite à tourner son regard vers elle. Il n’y a qu’à notre époque qu’elle a pu reprendre un semblant de vie. Car mon retour sur Terre y a apporté la paix, la sérénité, la consolation.

- Ton retour sur Terre, ô Captain Corsica? fit alors le Génie d’or. - Mais oui, voyons, répondit le héros de la Corse; n’as-tu donc pas compris qui était le jeune étranger, dont je t’ai parlé? Cyrnos a eu plusieurs fois un fils, qui en réalité fut le même, revenant à différentes époques. J’ai déjà connu la mort, et je m’en souviens!

Sur ces paroles mystérieuses, il est temps de mettre fin à cet épisode et de laisser la suite à une fois prochaine.

08:24 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.