27/01/2015

Le merveilleux comme décor (C.S. Lewis)

cs_lewis-heretic.jpgL’écrivain C.S. Lewis a longtemps été féru de science-fiction; mais à la fin de sa vie, il se plaignait de ce que trop de romans du genre créassent des histoires qui eussent avec bien plus de raison dû prendre place dans un cadre réaliste: le décor n’intervenait pas dans l’histoire. Lui-même, dans Out of the Silent Planet, avait énoncé que l’espace cosmique, qu’on croyait vide, était rempli d’êtres invisibles, vivant dans la lumière partout répandue; cela eût pu être un simple décor également si le héros de son roman ne rencontrait pas, au bout de son exploration de Mars, un de ces êtres, ange directeur de la planète.

J’ai souvent songé que le monde grandiose de Charles Duits, dans Ptah Hotep et Nefer, avait aussi cette tendance: le style faisait intervenir les dieux, mais ceux-ci n’intervenaient pas clairement - comme ils le font chez Homère. Certes, à la fin de Ptah Hotep, le héros découvre une épée suspendue dans le vide, et s’en empare; on se dit que c’est à ce moment qu’auraient dû commencer ses aventures! Mais Duits a préféré alors écrire Nefer, dans lequel un autre héros fait, à un certain moment, en rêve un voyage dans le monde divin: peut-être que son décor oriental et byzantin le permettait davantage qu’un cadre réaliste; mais le reste ne se lie pas explicitement au divin.

Racine avait également cette tendance. On a un peu du mal à voir la différence entre ses pièces mythologiques et ses pièces historiques. Phèdre déclare par exemple qu’elle est petite-fille du Soleil, et c’est de la belle poésie: Racine disait que la fable était un ornement nécessaire. Mais on ne voit pas très hippolyte_rubens.jpgbien le rapport ensuite avec ce qu’elle accomplit. Sa noble origine lui donnait-il un orgueil spécial que Bérénice, pourtant fille de roi, n’avait pas? Plus convaincante est l’action de Thésée: car il maudit son fils, prie son père Neptune de le châtier, et voici! un monstre sort de la mer pour s’attaquer à Hippolyte. Certains ont durement reproché à Racine ce trait grandiose: à tort, bien sûr. Je lui reprocherais plutôt le caractère peu effrayant de son monstre, à comparer notamment de Sénèque: il semble avoir pris modèle sur ceux du théâtre à machines qu’on pratiquait dans la France du temps. Ou il a eu trop peu de conviction, a imité trop mécaniquement Euripide.

Dans La Chute d’un ange, Lamartine donne à son ange une force herculéenne, qu’il utilise trois ou quatre fois dans l’histoire, de façon frappante. Son univers contient une science-fiction qui permet de saisir la puissance des ennemis du héros, puisqu’ils utilisent leurs prodiges pour tyranniser l’humanité. Sans que le discours soit trop chargé de merveilleux, c’est assez fort.

Plus récemment, j’ai essayé de lire un roman de fantasy de Pierre Bottero, auteur à succès; j’ai trouvé que le décor était beau, mais que l’histoire était quelconque, et que, par conséquent, l’univers était factice. La mythologie est un art difficile!

08:19 Publié dans Lettres, Littérature & folklore | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.