16/02/2015

La fin des anges, le début de la modernité

Michel-Maffesoli.jpgDans un article récemment publié au Figaro, Michel Maffesoli, s'exprimant sur le dernier roman de Michel Houellebecq, a osé révéler que la critique littéraire avait décrété que la modernité avait commencé quand on en avait eu fini, dans les récits, avec les anges. Officiellement, parle des anges qui veut; chacun est libre; dans les faits, dès qu'on en parle, on est projeté dans l'enfer social, comme eût dit Victor Hugo.

Et c'est là que me revient en mémoire que, justement, une édition de ses Misérables destinée aux écoliers a censuré l'allusion aux anges qui accueillent Jean Valjean à sa mort. Car Hugo parlait souvent des anges, en fait. L'interdiction de le faire doit dater de la Troisième République, et la modernité avoir commencé très tard! D'ailleurs, même quand ils étaient progressistes, on accuse les romantiques d'avoir été rétrogrades précisément parce qu'ils étaient friands des anges: Chateaubriand, Lamartine, Vigny, tous en ont parlé.

Dans la science-fiction – au moins en France -, il est pareillement interdit de relier les superhéros aux anges - alors que le rapport est souvent manifeste, évident. Il faut affirmer que les anges sont en fait des extraterrestres mal appréhendés par la faible intelligence de nos ancêtres – alors qu'il est surtout BURNE-Jones,_Edward_Days_of_Creation_(First)_1870-1876.jpgévident que les extraterrestres sont des archétypes mal appréhendés comme la même chose que les anges par le matérialisme moderne.

Il est entendu que la littérature médiévale chrétienne, ou même le merveilleux catholique, toujours pleins d'anges, ne sont pas modernes; et donc, qu'ils sont répréhensibles. François de Sales n'est pas un auteur recommandable. Le Coran contient aussi des développements sur les anges; du coup, entend-on, il n'est pas compatible avec la modernité! Car on peut dire que c'est surtout pour son traitement de la femme, ou de la liberté religieuse; mais on en a vu lui reprocher d'être trop gnostique, de contenir trop d'êtres spirituels – de parler trop des anges.

Le bouddhisme lui aussi est plein de divinités secondes: mais souvent, comme on veut le croire moderne, on les passe sous silence, ou on complique la chose en leur donnant des origines psychologiques mystérieuses. La vie canonique de Milarépa (grand nom du bouddhisme tibétain) contient bien des messagères célestes, anges à visage de femmes, ou alors des démons: êtres spirituels qui soit guident le noble ermite vers la lumière, soit sont mis au pas par lui. Bouddha Sakyamuni, du reste, évoque les divinités hindoues, dans ses textes consacrés.

En un sens, je comprends les modernistes. Il est vrai que l'intellect épuré est censé entrer directement avec l'absolu, aller au-delà de tous les anges. Mais dans les faits, je ne sais s'il existe. La tendance mystique à mépriser les anges ou le merveilleux existait déjà du temps de François de Sales: il en parle. Et il dit que les âmes ordinaires ne sont pas en mesure de viser si haut, que le passage par les anges est nécessaire; et que si on s'y refuse, on reste seul avec soi-même. La modernité est peut-être un manque d'humilité; un excès de foi en soi.

Cependant je ne sais pas si, comme l'assure souvent Michel Maffesoli, on est entré dans une ère de merveilleux. J'ai pour le moment l'impression qu'il s'impose depuis les autres continents: l'Asie, l'Amérique, l'Afrique. Les Européens en restent à une culture sans anges. Même si, je l'avoue, mon premier poème, à l'âge de dix-sept ans, en contenait!

Mon sentiment reste, néanmoins, que si on ne perçoit pas, dans la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, des forces spirituelles objectives, ces idées resteront lettre morte. L'intellect à lui seul ne fait pas réellement agir: il y manque le feu de l'enthousiasme, que donne la vision intérieure des vertus!

08:46 Publié dans Culture, Lettres, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Bouter le feu?

Les anges de la théologie juive sont pensées, rêves, rencontres

Les Chamanes enseignent que, tous, nous avons des animaux protecteurs.

Un animal gardien, un "ange" gardien?

Assez stupéfiant ce temps d'"expression libre" qui "décide" que Dieu n'existe pas, qui veut déchristianiser jusqu'à ridiculiser le moindre mot religieux

Qui encourage le blasphème quitte à causer mort d'hommes, de femmes ou d'enfants

Drôle d'époque!

Place, désormais, aux déconneurs de tous bords

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/02/2015

Monsieur Mogenet votre article tombe à pic l'angélisme n'existant que pour accompagner l'endeuillé ou celui qui va franchir la dernière porte
Expo 02 aura transformé en adeptes convaincus de leur existence de nombreux citoyens suisses surtout des femmes qui partirent en flèche dans un délire proche à celui des éléphants roses
Sans le savoir Expo 02 aura permis à de nombreuses division psychiatriques d'accueillir les plus malléables tombés dans le panneau des bonimenteurs en tous genres
Une nouvelle porte pour de nombrreux pseudos voyants venait de s'ouvrir et quelle ne fut pas cette chance à exploiter pour les nombreux pseudo médiums sortis tout droit d'une nouvelle école pour tester leurs arnaques sur les plus isolés
Comme quoi même au paradis des anges la manipulation mentale peut exister! On n'est jamais assez prudent surtout de nos jours ou le catastrophisme et les désillusions qui elles ont toujours existé sont de plus en plus mal vécus par des gens qui prennent tout au premier degré alors que le seul réchauffement climatique n'existe en réalité que dans nombre de médias réchauffant des actus qui passées en boucle depuis 2000 sentent le souffre comme dans une des chaudières à Satan c'est à dire le volcan de la Soufrière et les nombreux autres
très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 16/02/2015

Merci de vos commentaires, mesdames. La beauté des anges peut faire perdre la tête. Mais mon opinion est que la pensée est mue par eux, si on veut échapper à la mécanique des pensées stériles qu'un crâne enferme en son sein, il faut en penser par les forces qui dans l'invisible se meuvent.

Écrit par : Rémi Mogenet | 16/02/2015

En passer, je veux dire.

Écrit par : Rémi Mogenet | 16/02/2015

@Myriam Belakovski Chacun est libre d'y croire ou pas .Cependant les victimes sectaires ou endeuillées ont vite fait de se faire enlever par des groupes qui à la place de les aider à avancer vers la lumière prolongeront cet état d'euphorie bien neptunienne qui s'empare des esseulés dès l'enterrement terminé et qui tombera de toutes manières en poussière pour reprendre contact avec la vie terrestre et je peux vous assurer que des retour sur terre après de nombreux décès sont aussi difficiles que de partir sur la planète mars .Surtout si en plus une secte a réussi à vous endoctriner
Il existe un homme qui a compris l'importance des anges ,Baden Powell
Petites ailes grandes ailes tous scouts prêts à voler au secours du prochain mais manque de pot sa phrase qui disait ,toi le scout souviens toi ,en groupe su seras protégé mais seul et c'est tellement vrai tu devras affronter mille et un danger et là tu comprendras combien il est important d'avoir confiance en soi en tout premier
Cette phrase ils auront été nombreux à vérifier son bien fondé et paradoxalement c'est en agissant seuls dans leur coin que de nombreux scouts plus très jeunes auront été les plus efficaces et ce toute leur existence
Et quand l'église ne pouvait plus rien faire ,qui arrivait toujours en volant et chantant ?les scoutes/rire
Tout scout porte un totem d'animal sauf certains qui eux avaient des totems en rapport avec le cosmos comme Clair de Lune et là excepté la Nasa ou Auguste Picard je vois mal quel animal aurait pu servir de guide ...ou Pégase allez savoir

Écrit par : lovejoie | 16/02/2015

lovejoie, à ne pas généraliser, témoignage, rien d'imposé:

Après différents deuils d'amies et amis, disparition de ma mère, ma fille, mon père, mon compagnon (le tout en peu de temps)un an plus tard par un moment pénible je dis à Dieu: "Si vous existez, au cas où vous existeriez (ne voyez, lovejoie, aucune démarche de victimisations de ma part) cet nouvelle épreuve ne me grandit pas... A cet instant, téléphone: Jean, mon plus jeune fils: Maman, on voudrait te demander quelque chose (son épouse et lui) mais il faut que tu acceptes. -Allons-y?! Il me dit avoir recueilli un tout jeune chat mais qu'il ne peut le garder "à cause du chien"! et ne trouve personne qui en veuille. Ce chat, Moïse, apporta vie, rires, etc.
Il y eut cette synchronicité, ce coup de téléphone...Je retiens de Rémi Mogenet ce en quoi je crois : "Si on veut échapper à la mécanique des pensées stériles(...) il faut en passer par les forces qui dans l'invisible se meuvent." La mort de notre fille, seize ans, nous fut, lovejoie, ce que vous pouvez imaginer. Jean avait alors onze ans. ¨Lorsque je me trouvai l'attendre je pensai, troisième enfant, qu'il n'était pas possible de le garder :"Deux enfants, disait mon gynéco, c'est bien, trois, ou plus, c'est un luxe."! J'obtins donc l'IVG sans problème mais me dit-il "nous avons tout le temps, c'était au tout début de cette grossesse, au plus un mois. Donnons-nous quelques jours pou réfléchir"! Réponse mienne: Docteur, c'est tout réfléchi"! mais je n'insistai pas. Je rentre dis à mon mari qu'il n'y a aucun problème. La nuit je fais comme un rêve: c'est une petite voix qui me parle mais je n'écoute pas vraiment jusqu'au moment où l'aspect un aspect cristallin mots perles cristallines, un peu comme du clavecin mais encore plus fin attire mon attention et je réalise que le bébé me demande de pouvoir vivre. Puis, soudain, je vois un visage de poupon. Je me réveille ou reviens à moi en sursaut pense que je vais perdre ce bébé et me mets à pleurer. Réveillé, mis au courant, mon mari me dit qu'il n'est pas question dans ces conditions de faire l'IVG.
Lorsque, environ douze ans plus tard, nous perdîmes notre fille ce fut Jean qui, mon mari et moi, nous prit en charge.
Reste un point. Accouchement provoqué parce que retard mais sans problème par un temps de neige absolument féerique... l'accouchement provoqué étant parfois rapide mais assez violent, dormant à moitié je ne vis pas bien le bébé que l'on me présentait. Une heure plus tard ce poupon dans les bras soudain quel tremblement: le visage du bébé est celui du poupon du rêve à au maximum un mois ce qui n'est en fait pas possible.
Et bien, si. Quand je l'attendais, A l'époque, pas de technique pour nous faire savoir quel est le sexe de l'enfant, le médecin m'annonça que le bébé serait une fille. Non! lui ai-je répondu (par le rêve informée), un garçon!

C'est vrai.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/02/2015

@Myriam Belakovsky je vous crois et sincèrement je suis de tout cœur avec vous.Les épreuves vécues fortifient l'âme diront certains quand à moi j'utilise le mot caractère
On dit que tous ceux qui ont connu un chemin de croix dès leur naissance verront le bout du tunnel dès 60-70 ans
Je me souviens d'un camp ou les oreillons avaient pour seules médications ,la corvée de patates et il aura fallu plus de 50 ans pour en parler .
Il est vrai la cheftaine responsable de cette* punition* vit encore et c'est peut-être la raison de mon mutisme légendaire car n'avoir que des pierres tombales pour seuls compagnons dés le berceau et ce jusqu'à l'âge de la primaire n'ouvre pas aux confidences avec le monde des vivants bien qu'à cette époque l'anschluss régnant il était préférable de travailler plutôt que blablater
Et comme tous les microbes et virus avaient choisi de me tenir compagnie je vous dis pas le nombre de potions miraculeuses que j'ai ingurgité et les nombreuses hospitalisations que j'ai vécue d'où mon surnom d'enfant* Ciba Geigy*
Mon ancien généraliste étant décédé je l'entends encore rire et me dire merci petite pour me donner aussi souvent l'occasion de te faire des prise de sang
Souvent je pense à lui et si les anges existent alors il doit sûrement en faire partie ,là je le sens pouffant de rire par dessus mon épaule .Quand on est seul il fait bon vivre avec ses fantômes non? eux ne vous contrediront jamais! rire
Très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 16/02/2015

Les commentaires sont fermés.