22/02/2015

Degolio LV: le cercle initiatique

23775_3d_space_scene_futuristic_futuristic_space_city.jpgDans le dernier épisode de cette édifiante série, nous avons laissé le Cyborg d'argent alors qu'il racontait au Génie d'or et à ses amis comment Fantômas lui avait révélé son rêve grandiose – le transformer en homme-machine et faire de Paris une cité céleste vers laquelle tous les regards convergeraient! Il disait que le discours du monstre venait de prendre fin; il continua son récit étrange.

Ce mélange de vérités et de mensonges me troubla; je perdis mon assise intérieure. D'un côté, l'idée d'arracher Paris à sa destinée, d'en faire une cité du ciel, de la guider vers la parousie, me remplissait d'orgueil; et je m'imaginais loué, adoré, vénéré, et il me semblait que l'humanité entière me regardait comme un dieu, et que Paris devenait concrètement et réellement le phare du monde. En même temps, elle devenait mon palais, mon temple! J'en étais le roi et le dieu, et pensais bien être le seul homme digne d'obtenir un tel statut. De l'autre, il me semblait que des gouffres s'ouvraient devant moi, placés comme autant d'obstacles entre le présent et ce but divin; et de ces gouffres surgissaient des monstres, des formes nocturnes, qui me terrifiaient. Quiconque eût 9n4_main.jpgvu mes yeux eût distingué alors, j'en suis sûr, une succession d'ombres et de lumières qui lui eussent fait douter de ma santé mentale.

À ce moment, je vis Fantômas esquisser un dernier sourire, puis disparaître: il s'évanouit brusquement dans les airs, ainsi qu'une illusion.

Je restai longtemps songeur. Me revint en mémoire, curieusement, une aventure d’Arsène Lupin que j'avais récemment lue: durant ma convalescence, mon médecin l'avait laissée sur ma table de chevet - pour me distraire, avait-il dit, mais maintenant je crois que Fantômas lui avait suggéré de le faire, ou le lui avait ordonné. Or, dans ce petit livre, l'élégant cambrioleur à la force herculéenne possédait de fabuleuses machines, notamment un petit sous-marin destiné à quelques personnes seulement, et avec lequel il fuyait ses ennemis et auscultait le fond des mers - et il me sembla que cet homme était l'homme de l’avenir, libre des lois humaines et terrestres, parvenu à la surhumanité par ses forces propres et son lien avec les traditions occultes - notamment celles de Normandie -, et qu’il était comme la préfiguration de ce que je pourrais devenir moi-même!

Bientôt, néanmoins, je fus guéri, et pus sortir de l’hôpital.

Je passai alors quelque temps à traîner dans les rues d’Amiens, à séjourner dans ses bars.

Régulièrement, à sa demande, je revoyais néanmoins le médecin qui m’avait soigné pour passer des examens: il prétendait vouloir vérifier que je ne conservais pas de séquelles. En réalité, il s’adonnait à toute sorte d’expériences sur moi, car il préparait ma métamorphose, qu'il pensait certaine: il ne doutait pas de ma résolution finale.

Un jour il me demanda si j'accepterais de me joindre à lui pour retrouver d'autres jeunes gens qui 3838460593_8a4a9c4b81_b.jpgétaient dans mon cas. Ils se réunissaient pour discuter de leurs expériences, et pour savoir s'il valait la peine d'accepter la transformation que leur avait proposée Fantômas – lequel ils avaient tous rencontré. Cela m'aiderait à y voir plus clair, disait-il. Ils se rassemblaient dans une pièce d'immeuble très particulière, qu'il me laissait découvrir.

J'acceptai, et me rendis dans cette espèce de chambre, qui était tapissée de rouge. Toute sorte de symboles ornaient les murs. Je me demandai si j'étais entré dans la Franc-Maçonnerie.

C'est néanmoins sur cette question lancinante que nous laisserons pour le moment le lecteur.

09:15 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.