18/04/2015

Degolio LIX: la trahison de l'aimée

b84952a698bacb5407ac56900597ef55.jpgDans le dernier épisode de cette éprouvante série, nous avons laissé le récit effectué par le Cyborg d'argent à ses nouveaux amis - Docteur Solcum, Captain Corsica, Cyrnos, Tilistal - alors qu'il évoquait ses missions, ordonnées par Fantômas, qui l'avaient porté à faire la guerre à des peuples eux-mêmes en guerre; il en était au moment où il venait de revoir, dans le ciel, la femme qu'il avait aimée à l'époque où il avait signé le contrat autorisant Fantômas à le transformer en cyborg. Voici qu'il continua en des termes non moins grandioses; il dit:

Lorsque la mission fut achevée et que nous rentrâmes, semblables à des éclairs passant au-dessus de la mer, brûlant de renouer avec elle j'essayai d'attirer son attention. Je lui fis un signe, et mon cœur battit plus fort. Alertée, elle me regarda - mais ses yeux étaient dénués d'expression; ce fut comme si elle ne m'avait jamais vu. À un mot de Fantômas, elle tourna la tête vers lui; car il volait avec nous, sur son engin habituel - celui avec lequel vous l'avez vu s'enfuir. Et l'écoutant elle poursuivit son vol, portée par une machine qui accrochée à son dos faisait jaillir un feu étincelant, sans plus se soucier de moi.

En mon cœur quelque chose se brisa; je sentis une fosse noire en mon sein se creuser. La destruction de ma volonté, commencée avec ma transformation, s'en acheva. Désormais, comme mû de l'extérieur, pareil à une marionnette, je serais absolument l'esclave de Fantômas.

J'avais encore eu des velléités de révolte, lorsqu'il m'avait libéré de mon apathie forcée pour me pousser à des missions affreuses. Je croyais que, au sein de l'action, je demeurais le maître de moi-même: quand je renversais des immeubles en me jetant dessus ou en les bombardant de petites missiles sortis de mes mains, je pensais consciemment le vouloir, et songeais que ces médiocres qui empêchaient la réalisation des rêves de gloire de mon maître méritaient leur sort; je me disais que, désirant agir comme Fantômas le demandait, je pouvais aussi, si je voulais, porter mes membres dans un autre sens. D'ailleurs, lorsque j'exécutais ses ordres, j'avais pour habitude de maugréer, de pester, de protester, d'évoquer mille difficultés, de me plaindre, de me montrer acrimonieux. À dater de ce e55cb896dabb8594e5d5a5826dad3ccc.jpgjour, je n'agis plus que comme un robot, sans rien dire, le cœur lourd, la conscience enfouie, l'âme en peine. Et l'esprit qui était en moi en riait d'autant plus.

Ô prenez garde - toi surtout, Solcum! Car cette femme puissante, cette traîtresse, règne à Paris. Elle s'y présente comme la fille cachée d'une femme d'une autre planète que les anciens hommes prirent jadis pour une déesse, étant issue d'une civilisation bien plus avancée, et dont le pouvoir est immense: c'est celle qu'ils ont appelée Vénus. Or, je l’ai vue combattre, et rien ne l’arrête; elle maîtrise les arts occultes - et possède une science qui ne sera répandue parmi les hommes que dans bien des siècles. Elle est le meilleur et le premier disciple de Fantômas – et pareille à son épouse, en vérité, même si elle se vend selon les desseins qu'il a, même si elle n'hésite pas à se donner à d'autres, si cela peut servir ses projets! Elle se nomme Itelnës – et on la surnomme la Chasseresse cosmique, car on dit qu'elle poursuit les ennemis de Fantômas à travers les astres, qu'elle s'élance dans les cieux et affronte jusqu'aux dieux, lorsqu'ils sont injustes; si grand est son orgueil!

Mais il faut remettre la suite à une fois prochaine.

08:24 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.