22/05/2015

Le Golem et les super-héros

golem.jpgOn a beaucoup glosé sur le rapport entre le Golem et les super-héros: on a fait valoir que Superman avait été créé par des Juifs originaires du monde allemand, et on a pensé subtil de le regarder comme un Golem. Sauf que Superman n'est pas créé, dans sa propre histoire, par un sorcier, mais est originaire d'une autre planète: il est naturellement né d'une femme extraterrestre. Cela rappelle plutôt les anges, ou le messie. C'est la mythologie classique judéochrétienne adaptée à l'esprit scientiste du temps: rien de plus.

On peut bien sûr prétendre que les créateurs du personnage ont pensé en faire un gardien spécial pour leur communauté. Mais qui peut croire une chose pareille? Qui peut croire, d'une part, qu'ils n'en aient pas fait le protecteur de toutes les sortes d'Américains, voire d'hommes? Superman est bien cela, dans l'histoire dont il est le héros: il vit à Métropolis, ville cosmopolite. Et, d'autre part, qui peut croire que les créateurs du personnage aient pensé pouvoir le faire sortir des comics et le faire intervenir réellement, dans la vie des gens? Il n'est jamais resté qu'un personnage fictif. Or, le Golem était fait pour prendre vie. Il ressemble beaucoup plus aux robots que les savants essaient de créer.

Le rapport prétendu entre le Golem et les super-héros a été matérialisé par un Américain lorsqu'il a créé Shaloman. Au départ c'est une pierre, mais quand on dit à proximité: O vey voy, elle se transforme en homme musclé. Au moins le lien est clair.

Mais chez les grands créateurs de super-héros, cela n'a jamais été le cas. Stan Lee disait aimer profondément un personnage appelé le Sub-Mariner – Namor, prince d'Atlantis, seigneur des sept mers: allusion à la mythologie classique. En effet, disait-il, ce fils de Neptune était ambigu, car noble et bon en soi, il était également orgueilleux, et affrontait souvent les hommes de la surface, qu'il accusait de polluer son royaume. Il n'était donc pas un protecteur de la communauté humaine: pas du tout. Or, CAM02902-1.jpgdans une de ses aventures, on trouve un monstre qui semble bien avoir un rapport avec le Golem: car les savants d'Atlantis créent une bête hideuse, une sorte d'automate vivant, destiné à protéger leur cité, sans cependant qu'ils soient bien sûrs qu'elle leur obéira. Et naturellement Namor doit l'affronter, et la vainc. Or, cette bête ne s'appelle pas Golem, mais Béhémoth, du nom du monstre qu'on trouve dans la Bible, et que certains ont assimilé à l'hippopotame. Stan Lee le relie, lui, à la science-fiction et à Atlantis. Il se sentait plutôt redevable des mythologies classiques que du folklore juif, et on ne peut pas dire que chez lui le Golem soit plus important que les immortels de l'ancienne religion scandinave.

Les auteurs de super-héros faisaient des choix personnels, plus que communautaires. Ils émanaient essentiellement du romantisme allemand et leur trait remarquable est qu'ils œuvraient à une mythologie populaire, faute de mieux: leur culture les appelait à des formes d'art plus élevées, mais leur statut social les conduisait vers les comics.

07:30 Publié dans Culture, Littérature & folklore | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.