03/07/2015

Degolio LXV: l'enlèvement de l'Apsara

ruins_by_iidanmrak-d5wmt54.jpgDans le dernier épisode de cette épique série, nous avons laissé nos héros alors qu'un messager ensanglanté venait de leur annoncer qu'une personne nommée Sainte Apsara (ou Dévote Réparate-Brown) avait été enlevée par les Ogres de Valdaresca, et qu'il s'apprêtait à en narrer les circonstances.

- Voici, dit celui qui venait d'être nommé, et après avoir bu d'une eau qui ondoyait dans le gobelet d'argent que lui avait tendu Tilistal dès qu'il avait entendu les mots de son maître: nous étions, elle et moi, dans les ruines de la cité immémoriale de Noscl, où vous savez qu'elle aime à séjourner, parce qu'elles lui rappellent les temps heureux où elle y vivait avec ses parents. Hélas! la plaie de son cœur ne s'est pas refermée, et, une fois par mois, elle effectue un pèlerinage sur le tombeau de ses géniteurs. Elle y pose des fleurs, répand de l'eau lustrale – puis, tournant ses pensées, sa voix et ses paumes vers le séjour céleste, elle prie les dieux, qui ont accueilli l'âme des siens, de les traiter comme s'ils étaient leurs propres enfants.

Je me tenais en arrière, veillant comme d'habitude sur elle, scrutant les alentours, puisque ce lieu - nul ici ne l'ignore - reste infesté d'Ogres, le sang qu'ils ont répandu les y ramenant inlassablement. Ils se nourrissent, en effet, de cadavres, et s'efforcent d'absorber les mânes qui s'élèvent encore au ciel: retardataires, tourmentées et demeurant près de ce sol maudit dans l'espoir de revoir leurs proches, eprayer_by_furtivelungs.jpglles sont pour eux une proie facile. Plus liées qu'il ne faudrait à leur ancienne maison, c'est aussi, vous le savez, pour les soulager que Sainte Apsara se rend à Noscl. Par ses mots ailés, par le feu de ses suppliques, elle s'efforce de les délivrer de leurs chaînes terrestres et de les préserver des filets atroces des Ogres, qui les attrapent pour s'en repaître abominablement. Par ses charmes elle ouvre une porte dans la voûte céleste, et les étoiles leur apparaissent, et des êtres en viennent, qui leur tendent la main et les emmènent. Mais je crains que ce ne soit justement cette œuvre sublime que les Maufaés n'aient voulu détruire, en enlevant notre chère amie, notre svelte princesse.

- Tu vois sans doute juste, Talcamède! s'écria Captain Corsica. Mais comment est-ce précisément arrivé? Raconte-le-nous, je t'en prie!

- Soudain, reprit le messager funeste, alors que Sainte Apsara se tenait toujours agenouillée, ont surgi six Ogres armés, immenses et terribles. Trois démons plus petits les accompagnaient, ignobles Gnomes. Je poussai un cri, sortis mon épée, et me jetais au-devant d'eux, pour la défendre au péril de ma vie. Je tentai de blesser un des Ogres, mais deux Gnomes me saisirent par les pieds, et je m'affalai. Puis tous trois s'élancèrent, armés de gourdins, entreprenant de m'assommer.

La dernière chose que je vis, avant de sombrer dans l'inconscience, fut Sainte Apsara, qui, prévenue par mon cri, s'était retournée et commençait à sortir son épée brillante de son fourreau d'ivoire.

Quand je revins à moi, hélas! elle n'était plus là. Mais elle s'était bien défendue: elle avait fait mieux que moi. Car, sur les lieux de l'enlèvement, les restes d'un Gnome transpercé et d'un Ogre décapité demeuraient. Cependant, sa chemise soyeuse avait dû être déchirée, car il en restait, à terre, un morceau, teinté de sang. Je vous l'ai rapporté: le voici. Et il le montra.

- Par ma foi! rugit Captain Corsica en s'en saisissant; s'ils ont touché un cheveu de sa tête, ils le paieront cher. Car je m'en vais tout de suite la délivrer, et plonger dans leur repaire.

Sur ces paroles menaçantes du héros de la Corse libre, il faut arrêter cet épisode, et renvoyer la suite à la fois prochaine. On apprendra comment plusieurs héros partirent à la recherche de Sainte Apsara!

09:11 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.