24/08/2015

Degolio LXVIII: le destin de la cité sainte

Tirion.jpgDans le dernier épisode de cette légendaire série, nous avons laissé Captain Corsica alors que, remontant en pensée le temps, il racontait à ses deux amis, le Cyborg d'argent et le Génie d'or, ce qui concernait la mystérieuse cité de Noscl. Il poursuivit en des termes assez grandioses.

On dit qu'elle s'étendait à l'infini - qu'elle s'étirait sans solution de continuité jusqu'aux astres et que ses fondations se confondaient avec l'éternité. Vrai est-il qu'elle fut contemporaine des dieux, du temps où ils vivaient sur Terre, où ils n'avaient pas émigré ailleurs. Or les fondateurs de Noscl les avaient d'abord suivis, mais ensuite ils revinrent, et s'installèrent en ces lieux. C'était avant que le Soleil ne fût créé, que les Immortels avaient une première fois fondé cette cité; ils étaient partis de la Terre pour créer le Soleil avec les êtres divins, mais ensuite avaient voulu revenir. La Lune non plus n'avait pas encore été forgée, dans le bouclier blanc d'Alar.

Lorsque Cyrnos à son tour revint du ciel où il demeurait, les hommes de Noscl étaient déjà présents, et c'est près de leurs fontières qu'il édifia sa cité, devenant leur ami et prenant parmi eux femme, aujourd'hui en allée.

Or un envoyé du royaume céleste vint auprès des Maîtres de Noscl, et leur indiqua que l'heure était venue pour eux de quitter la Terre parce qu'ils n'avaient plus assez de force pour résister à ceux qu'on gem_artifact_by_mar_93-d7vwejn.jpgnomme les Ogres. Ceux-ci, guidés par mon oncle Ortrocos et pervertis et renforcés par l'atroce Mardon avaient désormais acquis suffisamment de vigueur pour assaillir et prendre la grande cité. Et elle abritait des trésors que ses fondateurs avaient amenés du royaume divin, et les dieux ne permettraient pas qu'ils fussent saisis par les Hordes Noires, car ils leur donneraient une puissance sans limites. C'est pour les garder, en vérité, que les pères de Noscl s'étaient rendus sur la Terre et avaient fondé leur cité: ils croyaient que les dieux voulaient s'en emparer, et ils étaient jaloux, ils les aimaient d'un amour démesuré.

Parmi eux se trouvaient des joyaux d'un prix immense, dans lesquels la lumière primordiale, venue des créateurs cosmiques, avait été placée. Si les Maufaés s'en étaient emparés, ils auraient pu créer un monde nouveau, taillé selon leurs vues - ou plutôt celles de Mardon, qui les guidait en sous-main, et qui étaient horribles: dans un royaume entièrement soumis à l'intelligence perfide de ce maître occulte, d'immenses robots vivants, d'énormes monstres mécaniques seraient devenus pareils aux dieux. Les hommes eussent été leurs esclaves, ou même leur eussent servis de nourriture. La Terre serait devenue un organisme entièrement autonome, et défiant à jamais les autres astres; jamais plus les hommes n'eussent pu évoluer normalement - devenir des êtres stellaires, comme c'est leur destin. Voulaient-ils être la cause de ce désastre? Eux-mêmes avaient-ils une place, dans ce projet?

Les Seigneurs de Noscl n'écoutèrent pas l'avertissement. Et les Ogres les attaquèrent, espérant s'emparer des joyaux. Vaillamment la gent de Noscl résista; mais elle reculait toujours plus - et l'ombre s'étendait, et absorbait sa lumière. Alors apparut celle que, toi, Solcum, Génie d'or, tu connus: la terrible Dicaliudh, l'ignoble Araignée! Elle tissa sa toile, et ouvrit des brèches fatales dans la muraille. Le carnage fut atroce. Et les dieux durent intervenir, et le fils d'Alar descendit des étoiles avec ses troupes, et il abattit Dicaliudh, la rejeta dans l'abîme, et rapporta dans la cité de Dordïn les gemmes étincelantes, où elles demeurèrent à l'abri des Maufaés. Ortrocos mon oncle s'enfuit, après que Cyrnos l'eut assailli à la demande de Teldur fils d'Alar; il le poursuivit, mais ne put le rattraper.

Ô lecteurs! ce récit épique commence à être long, pour aujourd'hui; il faudra attendre une prochaine fois sa suite, toujours faite par Captain Corsica: on apprendra comment Dévote Réparate-Brown s'est retrouvée seule et errante dans les ruines de la cité sainte.

09:46 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.