21/10/2015

Degolio LXXII: la fureur des dragons

001.jpgDans le dernier épisode de cette insigne série, nous avons laissé nos héros (Captain Corsica, le Génie d'or, le Cyborg d'argent) alors qu'ils s'apprêtaient à ouvrir la porte du royaume des Ogres, pour y sauver Sainte Apsara enlevée par les Maufaés. Captain Corsica avait tendu le bras vers le loquet, mais le Cyborg d'argent l'en avait empêché, désirant prévenir un piège. Et le héros de la Corse immortelle avait, malgré lui, obtempéré.

Bien lui en prit. Car aussitôt qu'elle fut ouverte, du feu jaillit, et le Cyborg d'argent eut à peine le temps de se protéger de son bras; or, malgré le vivant métal qui le recouvrait, sous le jet, ce bras fondit. Le Cyborg en ressentit de la douleur; car quoi qu'il s'agît d'un membre reconstruit, Tilistal y avait mis de l'éther, qu'il avait lié à son âme.

Il s'agissait de son bras gauche; mais la plaie ne saigna pas. Il ne perdit point trop d'énergie: un éclair fusa de son bras détruit, comme si de la vie s'en échappait, et des étincelles bondirent de l'endroit où il 25185d0ad15d1fd85a6abb517c8f09d3.jpgavait été rompu; mais cela cessa bientôt, et, après avoir senti comme la vie s'écouler de son épaule et avoir mis un genou à terre, ressentant comme une faiblesse, il put se relever. Or, il retrouva rapidement sa vigueur habituelle, par la grâce de l'armure qui lui avait été donnée.

À coup sûr, pensait-il, s'il survivait à cette aventure, Tilistal referait son bras; et si tel n'était pas le cas, il lui en restait un autre, et il était prêt à perdre l'ensemble de son corps pour le service de Captain Corsica et du bien sur Terre!

Pendant que le Cyborg d'argent ainsi songeait, Captain Corsica ne perdit pas de temps; car, épaulant son fusil, il en tira une décharge vermeille qui fut comme une lance, et qui transperça la porte - et aussitôt le feu s'arrêta, et on entendit un hideux grognement: car de l'autre côté était une créature, dont le feu venait.

Le Génie d'or se précipita, pensant achever la bête, mais il eut à peine le temps de se dématérialiser quand un nouveau jet de feu fut lancé: et il passa à travers lui et ne lui fit point de mal.

Trois monstres, en effet, se tenaient au seuil: reptiles effroyables, à tête vaguement humaine, et aux yeux jaunes remplis de malice. Étrangement, ils avaient comme des cheveux, mais qui étaient plutôt des tentacules, ou des vipères, car de minuscules yeux et bouches semblaient se montrer à leurs extrémités.

De la gueule énorme des monstres, le feu jaillissait par traits. Ils avaient par ailleurs des mouvements de cobras, bondissant et se tendant aussi vite que l'éclair. Ainsi, une eau qu'on a accumulée par un barrage, lorsqu'elle trouve une ouverture dans l'amas des pierres amoncelées, s'élance et bondit, semblant défier avec rage et colère les mains qui ont prétendu la contenir. À présent que la porte qu'ils devaient garder était ouverte, les trois dragons, assoiffés de meurtre, s'élançaient, espérant anéantir en un bref assaut leurs trois ennemis.

L'un d'eux toutefois avait été mortellement blessé par le tir de Captain Corsica, et il se tordait à droite de l'ouverture - tandis que de sa plaie du sang noir s'écoulait. Les deux autres se précipitèrent RoD_KeyArt.jpgau-dehors, s'appuyant sur les marches de pierre qu'on apercevait derrière la porte et qui descendaient vers des ténèbres où rien n'était distinct.

Ternifels! s'écria Captain Corsica; car il avait reconnu ces êtres, nés du viol de filles de Noscl par des Géants infâmes, vivant dans les profondeurs. Le Génie d'or se matérialisa à nouveau à leur gauche, de l'autre côté, et abattit sur le crâne du second son sceptre cosmique. Le monstre n'eut point le temps de l'éviter: de la tête défoncée la cervelle jaillit, puante et noire. Mais le corps bougeait encore, et une purulente bave s'écoulait de sa bouche - infectant le sol, consumant l'herbe, ruinant les fleurs. Le Génie d'or lui asséna un second coup, à la base du crâne, et la tête fut séparée du reste; un jet de sang brûlant s'élança, et les héros comprirent qu'ils n'étaient pas au bout de leurs peines, quand ils virent dans le tronc étêté un être gluant, qui soudain sortit et déploya des ailes de peau, s'apprêtant à les assaillir. Il avait une queue longue qui, une fois déroulée, claquait dans l'air.

Ce qu'il en advint ne pourra néanmoins être précisé qu'une fois prochaine. Alors la terrible bataille continuera d'être racontée!

07:31 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.