31/10/2015

Degolio LXXIII: la bataille des monstres aux ailes de peau

forest_dragon_by_gerezon-d63yn2w.jpgDans le dernier épisode de cette farouche série, nous avons laissé nos trois héros (Captain Corsica, le Génie d'or, le Cyborg d'argent) alors qu'ils combattaient trois dragons sortis d'un escalier souterrain, creusé en pleine campagne, et que d'un dragon tué par le Génie d'or était sorti un un être bizarre, muni d'ailes de chauves-souris et d'une queue pareille à un fouet.

Captain Corsica, ayant sorti son poignard, l'enfonça dans le cou du troisième monstre; il le coupa en deux, et, de la même façon, un monstre nouveau, gluant et ailé, se montra. Mais le héros ne lui lança pas le temps d'agir: il lui enfonça le poignard dans le cœur. La créature infecte hurla, car en sus de la plaie, la lame bénie la tourmentait comme un affreux poison: elle étincelait, en sentant l'âme du monstre entrer en elle; mais lui, corrompu et pervers, en souffrait atrocement.

Ses prières ne lui servirent de rien: il fut bientôt plongé dans la mort.

Le Cyborg d'argent, de son bras droit, avait lancé des rayons jaunes sur le monstre déjà blessé par Captain Corsica; il en fut mortellement atteint, mais dans la flamme qui s'était créée sur son corps, le troisième être gluant et ailé sortit, et se jeta sur le Cyborg, qui n'eut pas le temps de riposter. Or sa force était terrible: et il l'avait saisi au cou, et s'employait à l'étrangler; le Cyborg s'efforçait de desserrer son étreinte, mais il n'y parvenait pas.

Pendant ce temps, le Génie d'or luttait contre l'autre monstre ailé, qui s'était élancé au-dessus de lui et lui avait saisi le bras de sa queue; et d'en haut il lui donnait des coups de pied, qui faisaient chanceler le héros. De nouveau, comme avec l'araignée géante, il ne parvenait pas à se dématérialiser: dès qu'un Maufaé le saisissait, un sort, apparemment, pesait sur lui, qui l'en empêchait.

Il lança son bâton vers la bête, mais il la manqua, car, vive comme l'éclair, elle s'était écartée. Le bâton revint dans les mains du Génie, mais il vit alors dans quelle mauvaise posture était le Cyborg d'argent; et, oubliant les coups qu'il recevait et qui le meurtrissaient, il lança son arme vers le monstre qui étranglait son ami, et le bout orné d'une gemme, heurtant sa poitrine, lui fit lâcher prise: si grand était son pouvoir!

Aussitôt le Cyborg d'argent se retourna et put lancer son poing vers la bête, qui en fut presque décapitée; car étonnamment, si sa vigueur était immense, les parties de son corps qui joignaient les efe626e7e74b7014ddf0388967c1b3ed.jpgmembres les uns aux autres n'étaient pas très dures, ni très solides; elles n'avaient pas eu le temps de prendre de la corne, n'ayant été que récemment formées. Le cou, sous la violence du choc, s'était distendu, et rompu; et la bête regarda le Cyborg de ses yeux pleins de malice et de fureur, mais il réitéra ses assauts, et de ses doigts sortirent de nouveaux rayons jaunes, meurtriers, lumière condensée à l'extrême, et le monstre en fut plusieurs fois transpercé, et il tomba mort.

Captain Corsica, de son côté, avait bondi sur le monstre qui attaquait le Génie d'or, et de son fusil, s'en servant comme d'un gourdin, il lui rompit les vertèbres. Le Génie d'or se tourna, et fit jaillir de son bâton, qui lui était à nouveau revenu, un trait de lumière verte: l'aile droite du monstre fut tranchée, se détacha du corps; il tomba, heurtant violemment la terre.

Solcum se précipita et, recevant son bâton dans la main droite, qu'il tenait en arrière, il s'apprêta à l'abattre sur lui, et à l'achever. Mais lorsqu'il vit ses yeux, il s'arrêta; car il lui sembla voir une immense tristesse au fond de ce regard étrange - ainsi qu'un effroi sans nom. Il hésitait, et le scrutait.

Mais cet épisode a atteint sa longueur règlementaire; et la prochaine fois nous saurons pourquoi le Génie d'or hésitait, et ce qu'il fit ensuite! Les héros pénètreront en outre dans l'antre des Ogres, commençant à descendre le fatidique escalier.

10:12 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.