19/12/2015

Degolio LXXVI: la défaite du monstre aux tentacules

tumblr_inline_mg09b0rIZU1qd2r4f.jpgDans le dernier épisode de cette horrifique série, nous avons laissé nos trois héros (Captain Corsica, le Génie d'or, le Cyborg d'argent) alors qu'ils étaient entrés dans l'antre des Ogres et qu'ils avaient été assaillis conjointement par un ogre géant armé d'un marteau et un être tentaculaire caché au fond d'une faille dans la paroi rocheuse; nous avions arrêté notre récit au moment où le Génie d'or se baissant soudainement, le coup latéral de marteau qui lui avait été adressé avait fait un trou dans la roche.

La paroi et le sol tremblèrent, et le monstre dont la tête était invisible tressaillit. Captain Corsica put alors libérer son bras droit, pointer son fusil sur les ténèbres dont les tentacules surgissaient, et déclencher son feu cosmique. Vermeil, affiné comme un trait, il jaillit - et un hurlement immense se fit entendre, et toute la caverne vibra.

Mais ce hurlement était au moins autant de rage que de douleur; car le tentacule dont Captain Corsica s'était libéré reprit aussitôt son bras, et celui qui avait été lancé en avant se saisit à nouveau de son cou. Le tentacule percé, sanglant, s'approcha aussi et, quoique affaibli, entoura sa taille.

En bas de l'escalier, on entendait une rumeur, comme si des guerriers montaient, pour achever les deux héros. Dans l'obscurité, on voyait l'éclat froid de leurs armes, et il s'avançait. Le bruit se rapprochait. Qu'était devenu le Cyborg? La situation était désespérée.

Soudain, trois traits de lumière blanche, fins comme des lames, tranchèrent le tentacule qui tenait le bras gauche de Captain Corsica. Le Cyborg avait pu repousser ses ennemis venus d'en bas, après avoir repris ses esprits, et lancer une salvatrice attaque.

Il surgit du bas des escaliers, volant dans les airs, laissant derrière ses pieds une traîne d'étincelles blanches, et lançant de ses mains d'autres traits argentés vers les ténèbres d'en bas; et l'on entendait des cris, des exclamations de fureur, des hurlements.

L'Ogre immense cependant avait dégagé son marteau de la paroi où il s'était enfoncé, et s'apprêtait à l'abattre sur le Génie d'or, mais celui-ci, quoique couché, fut plus rapide: se remettant sur ses pieds plus vite que la lumière, il bondit et frappa du bout de son bâton - celui portant la gemme - le visage du géant caché par un heaume; et celui-ci se rompit, et le sang jaillit du nez et des yeux du monstre - qui s'abattit, le visage brisé. Une gerbe d'étincelles avait jailli, quand la gemme l'avait touché. Son âme s'enfonçait à présent dans les ténèbres.

Captain Corsica, cette fois, fit partir de son anneau à l'effigie de sainte Julie un rayon bleu; mais il ne commit pas la même erreur que précédemment: il tira non sur l'endroit où il supposait être la tête de la créature, img_3612.jpgmais sur le tentacule qui tenait son bras droit, afin de se libérer. Il fut tranché, et un flot de sang bouillonna. Il saisit alors son luisant stylet, et l'enfonça dans le tentacule qui le tenait au cou. L'étreinte se desserra. Le héros aspira l'air, qui commençait à lui manquer.

Le Cyborg d'argent, n'écoutant que son courage, se jeta sur les tentacules à l'entrée de la faille, où il pénétra également. Captain Corsica et le Génie d'or en furent horrifiés: leur disciple était trop téméraire, comme s'il eût voulu mourir pour la cause qu'il servait! Mais n'était-il pas plus utile vivant, et pouvant résister aux attaques de l'Ennemi avec toute sa raison, et sa prudence? Captain Corsica cria: Non! Reviens! Cyborg!

Et Solcum s'élança. Il plaça son bâton devant le Cyborg, le rejeta en arrière et s'engagea dans la faille à sa place. Il voyait désormais, dans l'obscurité, les yeux terribles du monstres, remplis d'une cruauté affreuse; les tentacules se jetèrent sur lui, mais il était prêt: il se dématérialisa, et l'être immonde ne saisit que de la brume.

Hélas, sa cape, qui le protégeait des forces ondoyantes de l'abîme et l'empêchait de subir les assauts de la Terre périssable, ne se réduisait pas en fumée aussi vite: elle se chargeait des scories de ce bas monde, et, ainsi s'alourdissant, mettait plus de temps à passer dans le royaume occulte. Un tentacule, en se détendant, fouetta l'air jusqu'à elle et la saisit en son extrême bout. L'étreinte était faible, mais elle suffit à le faire revenir dans l'espace physique à l'endroit même où il avait pensé le quitter. Car elle faisait partie de lui: elle était comme une peau, un élément de sa nature manifestée, aussi étrange que cela paraisse.

Cet épisode commence néanmoins à être long, et la suite devra être remise à une autre fois: nous verrons alors se terminer ce dur combat.

10:46 Publié dans Captain Córsica, Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.