02/09/2016

Les véhicules volants (Perspectives pour la République, XXVII)

www.juergenrau.com-0043.2015.12.24.01-flying-car-design-fog-spaceship-concept-art-sci-fi-juergen-rau.jpgCe texte fait suite à celui appelé Le Mystère des plateaux d'argent, dans lequel je racontais avoir vu une sorte de procession de six jeunes gens portant des plateaux d'argent surmonté d'étranges symboles, à la fois vivants et lumineux, et m'être entendu dire par un homme appelé le Génie d'Or que cette procession était le reflet d'un mal qui étreignait ce royaume enchanté et qui consistait en la division en trois d'un homme dont l'identité ne me fut pas révélée. Comme je demandai qui connaissait le secret de la réunion de ces trois parties:

- Le connaissent les trois dames qui vivent au-delà de l'Ultime Colline, repartit le Génie. Et elles disent qu'elles ne le révèleront qu'à un mortel. Tu dois y aller.

- Mais quelle est cette Ultime Colline? demandai-je. Et pourquoi ne le révéleront-elles qu'à un mortel?

- Pour ta seconde question, elles te le diront peut-être elles-mêmes. Est-ce lié à ce qui différencie les mortels des génies, à leurs qualités propres, méconnues de ceux qui rêvent naïvement de l'immortalité dans le monde élémentaire que nous-mêmes connaissons, mais par lesquelles l'homme s'avérera être plus grand que les démons? Je le suppose. Quant à l'Ultime Colline, elle est celle que tu peux voir si, à travers la fenêtre, tu regardes vers l'ouest. Lève les yeux, approche-toi, et fixe ton regard au fond de l'horizon. »

Ainsi fis-je. Je ne voyais rien de significatif. Devant moi s'étendaient des collines, et au loin étaient des montagnes qui devenaient bleues et légères, à force d'éloignement. Le soleil déclinait peu à peu, baignant le monde d'or, toujours entouré d'étoiles étrangement visibles en même temps que lui, comme s'il n'avait pas le pouvoir d'effacer leur clarté, bien qu'il ne parût pas faible en quoi que ce fût.

Mon attention fut attirée par un détail curieux, à terre. Un véhicule bizarre s'avançait, plutôt lentement, sur la verte prairie, dont les herbes ondulaient à la brise du soir. Je pensai d'abord qu'il s'agissait d'une voiture automobile telle que les hommes les utilisent dans leur monde, bien que je ne visse pas de route; mais un élément singulier vint me faire mentir. Il était comme suspendu au-dessus du sol, comme je pus m'en apercevoir lorsqu'il franchit le col d'une petite colline: bien que rasant le sol, il laissait entre lui et celui-ci un espace vide, dans lequel n'était aucune roue. Je crus voir un arc-en-ciel s'y dessiner, mais quand le véhicule disparut derrière la colline, l'arc-en-ciel s'en alla aussi.

Sur ma droite, mon attention fut attirée par un autre véhicule du même type: oblong, ou ovoïde, et pourvu d'un étrange panneau ivoirin en son milieu, juste derrière le pilote qui se tenait dans une sorte de creux, assis sur un siège; mais cette fois il était très au-dessus du sol, même s'il n'atteignait pas une altitude élevée. Et il fondit soudain sur la terre, et je crus qu'il y allait s'écraser, mais au dernier moment il fut amorti comme par un coussin d'air, et un éclair d'or jaillit: la pression avait dû être trop forte.

Je dus me rendre à l'évidence: sans ailes, et à une allure faible, des sortes de véhicules volants existaient dans ce monde, et étaient communément utilisés. Je compris alors que l'espèce de panneau courbe qui se dressait derrière le passager et pilote était une voile, qu'il prenait le vent et poussait dans un sens ou dans l'autre le véhicule; d'ailleurs je la vis s'orienter différemment selon les virages ou les élans vers le haut de ce véhicule qui était à ma droite, et qui maintenant passait devant moi.

Voyant que je le fixai des yeux, le pilote, qui avait une chevelure blonde qui en volant au vent jetait de petits éclats brillants, se retourna vers moi, me vit, et me fit un salut de la main en prononçant un mot, que je n'entendis pas. Puis il sourit, et continua son chemin, s'enfonçant parmi les maisons entourées de feuillages et de fleurs, où il disparut.

« Mais comment font-ils ? » demandai-je.

(À suivre.)

07:27 Publié dans Génie doré de Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.