11/05/2017

La façade de Washington, 3

20170423_121544.jpgEntre la Pennsylvanie et la Floride, au cours de mon voyage aux États-Unis, je suis passé par Washington, parce que cela réduisait le coût et parce que je voulais visiter la capitale du pays.

Les États-Unis se font remarquer par la distinction fondamentale entre la politique et l'économie par ceci que les capitales sont toujours des villes de second plan, sans économie propre importante. Cela permet, contrairement à ce qu'on croit, au pouvoir fédéral d'être efficace lorsqu'il veut intervenir dans l'économie pour en limiter les effets pervers: arrivant de l'extérieur, il abat son marteau sans ambages. En France, avouons-le, la confusion est profonde entre le pouvoir politique et l'activité économique, car ceux qui tiennent le haut du pavé dans les deux sphères se fréquentent, sont dans la même ville, se mélangent constamment.

Sans doute, l'élection de Donald Trump peut donner l'impression qu'en Amérique c'est la même chose; mais justement, ce fut un cas exceptionnel, et l'intéressé a joué sur la révolte des marchands de New York contre l'aristocratie de Washington, sur le lien à établir entre la Trump Tower et la White House.

On me dira aussi qu'il est remarquable, si ce que je dis est vrai, que le gouvernement américain semble si peu enclin à intervenir dans l'économie pour en limiter les effets pervers. Mais c'est une tradition locale, issue du libéralisme anglais. D'ailleurs, paradoxalement, quand on intervient peu, on se donne la possibilité de le faire avec plus de force. Il n'est pas vrai que la nature humaine puisse se passer de lois: tôt ou tard les marchands eux-mêmes les réclament, pour se protéger de ceux qui les flouent. Or, les contrats sont d'autant mieux respectés qu'on n'a pas envie de voir l'État intervenir. S'il le fait sans arrêt, il déresponsabilise.

Il est remarquable que la relation entre le vendeur et l'acheteur, aux États-Unis, soit constamment placée sous le signe de la responsabilité individuelle. Les taxes par exemple ne sont aucunement assumées par le vendeur, dans le prix qu'il affiche: elles sont ajoutées au moment de payer, et sont à la charge de l'acheteur. Mieux encore, si vous avez loué une voiture pour trois jours et que vous la rendez au bout de deux, on vous fait la remise correspondante. Le commerce est soumis à des lois mathématiques. Il n'est pas vrai, comme on le prétend, qu'aux États-Unis le marchand soit un despote. Il est au contraire plus moral qu'en France, en moyenne. Il est généralement plus aimable, aussi.

Washington a peu d'économie propre, et vit essentiellement de l'argent fédéral. Son centre est dominé par des bâtiments célèbres et beaux, imités de l'ancienne Rome, symbolisant le gouvernement de United_States_Capitol_-_west_front.jpgl'Union - par exemple le Lincoln Memorial, qui exprime la refondation du pays après la guerre civile: véritable temple, il place le gouvernement, déclaré immortel, sous la protection de Dieu, et fait l'objet d'un pèlerinage national: c'est une Mecque, pour l'Amérique! Un peu plus loin, dans la même perspective, se trouvent la Maison blanche et le Capitole - autre temple dans lequel les lois doivent être divinement inspirées, comme dans l'ancien Sénat romain. La promenade gazonnée qui sépare ces bâtiments est splendide, jalonnée de musées historiques, et ornée d'une énorme obélisque. Là peut-être se fait le lien avec l'ultime divinité!

Mais quelques rues plus loin, le tableau peut être moins rose. C'est ce que nous verrons une prochaine fois.

10:09 Publié dans Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

"Il est généralement plus aimable, aussi."
C'est une des choses qui frappe le plus le visiteur ... et lui plaît aussi le plus. J'étendrais cette constatation à l'attitude des vendeurs.
Certains auront beau attribuer cette plus grande amabilité à une plus grande précarité sur le marché du travail, je doute que ce soit là un argument valable.
Je doute aussi que "faire la gueule" ou se montrer désagréable rende les vendeurs plus heureux, ni que cela pousse le public à prendre leur défense ou leur parti.
P.S. La même constatation et diagnostic peut être fait concernant l'Australie.

Écrit par : Mère-Grand | 11/05/2017

Je suis d'accord. En fait j'appelais les vendeurs des marchands, ici... C'est ce que je voulais dire. Le commerce est plus digne en Amérique, les vendeurs respectent bien plus les acheteurs, les marchands respectent bien plus les clients. En un mot ils sont plus aimables.

Écrit par : Rémi Mogenet | 11/05/2017

Les commentaires sont fermés.