13/05/2017

Washington: l'envers du décor (4)

Apocalypse-Washington-DC-United-States.jpegLa dernière fois, j'ai évoqué Washington et ses beaux bâtiments, qui ont tenté d'installer en Amérique la splendeur romaine - et, à travers elle, l'antique éclat du Droit, malgré le caractère excentré du continent et sauvage des colonies. Or, précisément, la façade peine à ne pas se fissurer.

Après être allé du Lincoln Memorial au Capitole, j'ai décidé de refaire à peu près le même chemin par quelques rues au-dessus, afin de trouver une station de métro plus proche que celle que j'avais d'abord prise - car l'heure approchait, où je devais prendre l'avion.

La splendeur antique s'est rapidement estompée. La sortie d'autoroute, sise en pleine ville mais derrière les beaux bâtiments, était occupée par une troupe de gens inquiétants, qui semblaient coucher là, mais aussi s'y prostituer et s'y droguer. Je pensai qu'il y avait un risque que je fusse hélé, et inquiété, et je suivis le conseil de Casanova: si vous ne voulez pas être vu, ne regardez personne. Il l'émit pour le moment qui a suivi son évasion de la prison des Plombs, à Venise, assurant être resté invisible parce qu'il n'avait croisé aucun regard. Et il y a du sens à cette observation. C'est par le regard que l'homme est parfaitement homme. Sinon après tout il peut n'être qu'un automate. On reconnaît quelqu'un, on l'appelle, mais il ne répond pas, ne tourne pas la tête: est-ce bien lui? est-ce même un homme?

J'ai traversé sans encombre la troupe répartie sur les deux trottoirs.

Mais le contraste entre cette misère et la gloire des bâtiments gouvernementaux m'a frappé, comme si les seconds avaient été implantés dans la jungle par la force des armes, et sans harmonie particulière avec les éléments. Or c'est aussi cela l'Amérique: une puissance venue de l'extérieur et qui crée un ordre nouveau, importé, sans que la nature locale ou les indigènes y prennent la moindre part. Même le peuple réel installé depuis n'y participe pas forcément.

Le problème existe aussi en France, sans doute: depuis Louis XIV, on trace des routes géométriques en Gaule pour y imposer un pouvoir d'essence romaine. La République n'a fait que continuer ce beau projet. Mais la nature artificielle de l'État, et la force mécanique dont il se sert pour l'imposer à l'organique, est plus grande encore aux États-Unis.

Joseph de Maistre a écrit un jour que si la constitution américaine était stable, c'est parce qu'elle s'inspirait de la monarchie anglaise et en reproduisait les principes. Elle n'a fait que démocratiser la succession des monarques. C'est peut-être après avoir lu ces lignes que Charles de Gaulle a créé une Adolphe_Yvon_-_Portrait_of_Napoleon_III_-_Walters_3795.jpgrépublique qui reproduisait les traits de la monarchie française...

La différence est évidemment que la monarchie anglaise a toujours été plus démocratique, et cela pose un problème à la France: si elle devient démocratique comme l'Angleterre, le pouvoir ne s'y exerce plus, il s'y dissout; et si elle suit le modèle américain, la monarchie supprime la démocratie - comme lors de la Seconde République, qui allait donner naissance au Second Empire quand son président, refusant de laisser son trône, deviendrait l'empereur Napoléon III.

Joseph de Maistre parle aussi de ce goût des Français pour le pouvoir absolu, montrant qu'ils ne sont pas comme les Anglais à cet égard - et que les solutions américaines, donc, sont inapplicables chez eux. Je ne tenterai pas aujourd'hui de résoudre cet épineux problème, rendu fort parce que depuis le dix-huitième siècle, les modèles anglo-saxons apparaissent comme enviables aux Français, soudain placés à la traîne dans l'ordre des nations, soudain placés au second rang! La défaite de Waterloo préparait la domination américaine, sans doute.

Je continuerai cet exposé plus tard.

09:21 Publié dans Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.