31/05/2017

New York gothique (8)

batman-1989-gotham-city-skyline-1024x654.jpgLa visite de Manhattan m'a montré de quelle façon l'Amérique entendait concilier l'ancien et le nouveau - ou, pour mieux dire, augmenter l'ancien par le nouveau, sans renoncer à rien, sans éradiquer le vieux style, ou les vieilles religions: Marx y est rejeté pour cette raison avec énergie.

Un film que j'avais aimé depuis longtemps occupait mon esprit: le Batman de Tim Burton. Comme le comic book dont il s'inspirait, il assumait le fond médiéval et gothique du super-héros au visage de chauve-souris, son lien avec Dracula et la démonologie du quinzième siècle. Je m'en étonnais, en regardant le film, et en riais, car Manhattan, où est censé vivre ce héros, est une ville moderne, et je voyais bien que Burton l'avait tirée vers le médiéval européen, un gothique sombre et obscur. Du moins en étais-je persuadé.

Or, il l'a fait, mais sans inventer radicalement: il n'a eu qu'à amplifier une tendance existant réellement à Manhattan.

Le nom de Gotham City, qu'on donne à cette île dans la tradition locale et que Batman a repris, suggérait ce lien avec les Goths, le moyenâgeux. Tim Burton a imaginé d'énormes statues ornant les tours, et une cathédrale gothique ayant la hauteur de l'Empire State Building. Or, elle n'existe pas. Mais elle a ses germes dans le Manhattan réel, plus que je ne le croyais.

D'une part, l'Empire State Building a une patine maintenant presque antique, et on l'a décoré, à l'intérieur, comme s'il s'agissait d'un palais ancien. Les imaginations de Jules Verne trouvent là leur butée. L'esthétisme en est décuplé. Tout y est doré, luisant, poli, nacré, et impressionnant de chic. Les images montrent continuellement King Kong dressé à son sommet, et une mythologie ainsi s'y est placée, s'y est créée, qui fait rêver. Qu'incarne ce gorille géant? Il a quelque chose d'archétypal, et qui est lié éternellement à cette tour étincelante. Il en est comme l'âme, l'âme sauvage et barbare, mais forte, sortie un jour du bâtiment, aspirant à posséder la beauté humaine, et qu'il a fallu ravaler, rabaisser, mettre à terre. La tour est aussi une prison, pour cet esprit démoniaque. Il demeure là, à ruminer sa vengeance, ou à dormir en attendant son réveil. La beauté humaine dont il était épris, c'est l'âme de l'être humain, sans doute. Le gorille géant menace toujours de s'en emparer, parce qu'il éprouve pour elle une irrépressible passion!

D'autre part, la cathédrale gothique de New York existe bien. Elle est coincée entre deux tours pas trop hautes, et est dédiée à saint Patrice, saint-patricks-cathedral-new-york.jpgpatron des Irlandais – la communauté catholique la plus proche des Anglais (des Yankees), et donc la plus en vue à Gotham.

L'imitation est bonne: on dirait une église européenne. Si elle n'a pas la taille de l'Empire State Building, elle n'en est pas moins assez grande, et dedans sont des anges, des ornements traditionnels. L'art européen a généralement été imité et restitué en Amérique; on peut s'en faire à New York une idée précise et exacte. On n'y est pas coupé du tout de l'ancienne tradition.

Sur la porte d'entrée, sont les évangélisateurs et les martyrs de l'Amérique, et on se retrouve dans l'atmosphère de Chateaubriand et de ses Natchez, c'est à dire l'histoire catholique de l'Amérique. On se souvient, peut-être, que l'écrivain breton avait imaginé les saints américains participant avec les anges, au ciel, à l'ordonnancement de l'univers. La cathédrale Saint-Patrice de New York fait de même. Le merveilleux chrétien n'est pas plus rejeté que n'importe quoi d'autre, aux États-Unis.

Et ainsi, Tim Burton, habilement, ou subtilement, a pu mélanger les deux bâtiments, et créer l'image d'une cathédrale gothique énorme à Gotham City!

En face de la cathédrale est une énorme statue d'Atlas soutenant le monde, et qui a pu l'inspirer aussi.

On se souvient que, dans son film, Batman règle les problèmes de sa destinée, et venge ses parents en combattant leur meurtrier devenu un super-vilain. Sa détermination farouche le rend gothique par essence, et l'expression parfaite d'un principe, d'une idée - le génie même de New York!

08:06 Publié dans Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.