04/06/2017

L'Amérique et ses tours (9)

statue_of_liberty_new_york_city-normal.jpgJ'ai toujours regretté que l'ingénierie moderne prétende se déployer indépendamment de l'artistique et du religieux. Pour le dissimuler, beaucoup d'esprits matérialistes - et ennemis, au fond, du spirituel - prétendent que les forces mécaniques créent spontanément de la beauté, étant naturelles. Gustave Eiffel l'assurait, quand il défendait sa tour parisienne contre ses détracteurs – tels que Leconte de Lisle et Maupassant. Mais en Amérique on ne tient pas des raisonnements aussi dogmatiques et filandreux, et on a revêtu le squelette de la Statue de la Liberté, qui est aussi d'Eiffel, d'une forme allégorique semblable à une déesse. C'est tout naturel, et le fait est que cette femme, quoique classique dans son style, a quelque chose d'humain qui la rend plus agréable et sympathique que la tour Eiffel de Paris.

On progresse sans cesse dans l'ingénierie et la connaissance des matériaux et de leur résistance, et on bâtit des tours toujours plus impressionnantes. Je ne suis pas de ceux qui critiquent ces progrès, qui regrettent les petites maisons d'autrefois, comme même était J.R.R. Tolkien, que pourtant j'admire. Mais je m'insurge contre le mensonge consistant à dire que le mécanique englobe l'organique, et que les forces physiques englobent les forces esthétiques. Je crois cela faux, même si en France on le soutient souvent, et ce qui le prouve, c'est New York, où non seulement on fait des tours plus hautes et massives qu'à Paris, mais où, également, on y ajoute continuellement un sens esthétique, des références aux églises, aux temples, aux palais enchantés - tandis que, à Paris, on fait dans le fonctionnalisme le plus prosaïque, comme si l'esthétisme devait être brutalement laissé au passé.

Je ne rejette pas la science des matériaux, mais aimerais voir ramener dans l'architecture le souci esthétique ancien, notamment en France - mais même l'Amérique à vrai dire peut faire mieux à cet égard. La course aux prouesses techniques a quelques chose de dérisoire, s'il s'agit de créer des tours laides dont l'ornementation, aussi sympathique soit-elle, semble n'être que marginale, annexe - un alibi. Il faut concevoir un autre futur, où peut-être on ne renoncera à aucune science des matériaux, mais où on se souciera, avec une égalité parfaite, de la beauté au sens pur. On n'admettra plus une tour sans matériaux nobles - qui ne contienne pas en abondance du marbre, de l'or, de l'argent, des pierres précieuses -, et sans statues qui la décorent, sans céramiques rutilantes, sans mosaïques splendides!

Cela représenterait un coût énorme, me dira-t-on. Et c'est là qu'on comprend ce qu'on peut reprocher au matérialisme qui admire trop la prouesse technique, que ce soit de façon presque exclusive, comme en Top-of-PPG-Place-in-downtown-Pittsburgh-as-the-sun-sets-1(pp_w951_h634).jpgFrance, ou de façon tout de même exagérée, comme en Amérique. Car cela ne sert à rien, en un sens, si on ne crée pas autant de beau qu'on crée du grand.

Même à Pittsburgh (où j'ai passé quatre jours), il existe un bâtiment moderne massif qui imite les châteaux des contes, et cela, à un tel point que les réalisateurs des films Batman, m'a-t-on dit, ont pensé y placer la demeure de Bruce Wayne. Même à Tampa, une ville plus petite encore (où j'ai passé cinq jours), des recherches sont faites pour imiter le style gothique avec des tours de béton, de verre et d'acier. Je loue l'Amérique de ce souci esthétique, parce que la France en manque, dès qu'elle fait dans la modernité. On s'y représente du reste la modernité comme froide et laide, et c'est peut-être une insulte secrète qu'on fait à l'Amérique, que quand on l'imite, on fasse dans le laid, dans le morne, le purement physique. C'est ainsi qu'on se venge, mystérieusement! Mais, ce faisant, on imite mal.

De même que la science-fiction française manque fréquemment de profondeur mythologique, préférant à cette dernière des conjectures ennuyeuses et mécaniques sur les sociétés futures, de même le fonctionnalisme français se montre incapable d'imiter l'Amérique dans son esthétisme spontané. C'est pourquoi la modernité américaine vaut mieux que la française. Elle est plus naturelle, plus imaginative, plus populaire, moins austère, plus amusante.

10:28 Publié dans Voyages en Amérique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

"C'est pourquoi la modernité américaine vaut mieux que la française."
Vous avez beau avoir raison, vous avez de la chance que le projet de loi sur la déchéance de nationalité n'ait pas été mise en oeuvre.

Écrit par : Mère-Grand | 04/06/2017

On a quand même le droit d'exprimer son sentiment...

Écrit par : Rémi Mogenet | 05/06/2017

On peut actuellement se demander pour combien de temps...

Écrit par : gisou | 10/06/2017

Pourquoi???

Écrit par : Rémi Mogenet | 15/06/2017

"On a quand même le droit d'exprimer son sentiment..."
Je plaisantais !

Écrit par : Mère-Grand | 15/06/2017

Les commentaires sont fermés.